RMC Sport

Hazard : « Faire pareil que les Français en 1998 ! »

Eden Hazard affrontera la France mercredi

Eden Hazard affrontera la France mercredi - -

Dixième au classement FIFA, première de son groupe des qualifications pour la Coupe du monde 2014, la Belgique est en pleine confiance avant de recevoir les Bleus ce mercredi à Bruxelles (21h). A l’image d’Eden Hazard.

Eden Hazard, est-ce particulier pour vous de jouer face à la France ?

Les copains sont là, avec Adil (Rami), Rio (Mavuba) et Dimi (Payet). Ça fait plaisir. Pour moi, mais aussi pour tous les joueurs du groupe belge, c’est toujours particulier contre les Français. J’espère que ça va bien se passer pour nous et un peu moins bien pour eux. On verra bien à la fin du match.

Ressentez-vous une certaine rivalité ?

Il y a toujours un peu cette rivalité. Ce sont deux pays qui parlent la même langue, qui sont tout proches. On a presque la même culture. C’est notre derby, comme avec les Pays-Bas. Et un derby, ça se gagne, comme dirait le coach. (Rires)

Parlez-nous de cette génération de la Belgique, dont vous faites partie ?

On a une génération dorée. Je pense que tout le monde en a conscience. Mais pour l’instant, la génération dorée, elle n’a rien fait. On gagne les matchs importants depuis un ou deux ans, ce qui est très bien. Mais on va nous juger sur ce qu’on va faire, si on va à la Coupe du monde et si on arrive à y faire bonne figure.

Votre parcours en qualifications pour la Coupe du monde (1er du groupe A, six victoires et un nul) est une belle réussite...

Pour l’instant, il est très bon. Il reste trois matchs très importants. On n’est pas encore au Brésil.

Quelle est l'ambiance au sein de cette équipe ?

C’est une bande de potes qui se retrouvent. Après, tout le monde n’est pas pote avec tout le monde. Mais on est content de jouer pour le même pays, pour le même drapeau. A l’entraînement, en match, ça se ressent. On prend beaucoup de plaisir. J’espère que l’engouement et les victoires vont continuer.

Le rapport de force s'est-il inversé avec la France ?

L’équipe de France a un plus beau palmarès. Il y a quelques années, on avait envie de devenir comme la France. Elle avait des grands joueurs, elle gagnait des matchs, la Coupe du monde, l’Euro et on avait beaucoup de retard. Ça s’est équilibré. Là, je pense qu’avec leur vécu, ils sont encore favoris. Mais on n’a rien à leur envier. Le meilleur gagnera.

Comme les Français en 1998, vous avez des joueurs dans les plus grands clubs d'Europe...

J’espère qu’on fera pareil que les Français en 1998 alors ! (Rires) Ce serait pas mal.

A lire aussi :

- Abidal, place réservée

- Nasri : « Je n’ai pas été exemplaire »

- Deschamps, un premier anniversaire sans faste

Propos recueillis par Jean Bommel à Bruxelles