RMC Sport

Hervé Piccirillo : « On n’est pas sur un débat d’hommes mais sur un débat d’idées »

Les arbitres de Ligue 1 et de Ligue 2 sont en colère suite à la nomination de Claude Colombo, ancien arbitre professionnel comme représentant de la LFP à la Direction nationale de l'arbitrage (DNA) ainsi qu'à la commission de visionnage. Hervé Piccirillo, arbitre international, exprime son mécontentement.

Que pensez-vous de la nomination de Claude Colombo à la DNA ?
La personne de Claude Colombo n’est pas en cause. Même si la fuite de rapport confidentiel dont il était l’auteur l’année dernière a mis à mal l’arbitrage français pendant quelques mois. Ce problème n’est pas un problème de personne. Mais pourquoi la Ligue de football professionnelle a-t-elle fait le forcing pour passer ces donnant alors que les représentants des éducateurs et des joueurs ont été choisis par leur propre famille ? Pourquoi est ce qu’il faut que la Ligue Professionnelle se substitue aux instances dirigeantes de l’arbitrage français pour choisir des candidats ? Nous souhaitons avoir des réponses là-dessus.

Êtes-vous satisfait pour l’obtention de la réunion du 3 septembre. Qu’allez-vous faire en attendant ?
La réunion que nous avions souhaitée va avoir lieu, nous la souhaitons positive et constructive. Cependant, nous maintenons les mesures qui sont déjà appliqués jusqu’à la résolution finale de cette crise. Ces mesures sont de ne pas porter le logo LFP et également le refus de signer les feuilles de match. Cela est appliqué pour toutes les rencontres professionnelles. Ce mouvement est un mouvement de fond, assez inédit aujourd’hui en France puisqu’il est suivi massivement par l’ensemble des arbitres et arbitres assistant de Ligue 1 et de Ligue 2.

Pensez vous que l’arbitrage français est menacé ? Que craignez-vous ?
On n’est pas sur un débat d’hommes mais sur un débat d’idées, à savoir la préservation de ce principe d’indépendance qui est un gage de garantie d’exercice de la mission de l’arbitrage. A travers le passage en force de la Ligue professionnelle, ce que nous craignons à travers l’ingérence, c’est que si demain la Ligue Professionnelle met la main sur la gestion quotidienne de l’arbitrage français, c’est l’équité même des compétitions qui est en jeu. Maintenant, c’est à la Ligue professionnelle d’apporter toutes les Garanties et de rétablir la confiance avec les arbitres de l’élite.

La rédaction