RMC Sport

"Humain", "hypnotisant", l'hommage vibrant de Valbuena et Gerets à Pape Diouf

Invités de RMC ce mercredi, Eric Gerets et Mathieu Valbuena ont rendu un bel hommage à Pape Diouf, ancien président de l'OM décédé mardi des suites du coronavirus.

Beaucoup à Marseille l'appelaient "Papa Diouf". Ils sont orphelins depuis mardi et le décès de Pape Diouf, ancien président emblématique de l'OM, des suites du coronavirus. Une nouvelle qui a ému le monde du football. Car l'ancien journaliste et dirigeant phocéen faisait bien l'unanimité.

"Il a été mon président puis il est devenu l'un de mes meilleurs amis"

"C'est celui qui m'a donné toute la liberté, il ne s'est jamais mêlé de la tactique, se souvient un Eric Gerets ému sur RMC ce mercredi. Il a été mon président puis il est devenu l'un de mes meilleurs amis. Il était extrêmement humain et respectueux vis à vis des supporters, des joueurs et du staff technique." L'ancien coach de l'OM, qui a évolué sous la direction de Pape Diouf, ajoute que "c'était un manager du plus haut niveau" et avoir "rarement rencontré quelqu'un d'aussi intelligent que lui". 

Egalement invité de RMC, Mathieu Valbuena, qui a signé son premier contrat professionnel sous la direction de Pape Diouf, veut retenir l'aspect humain de l'ancien dirigeant.

"C'était un grand homme avec un grand coeur. Il avait beaucoup de prestance et de classe, cela ne s'achète pas. Ce qu'il a fait à l'OM... il avait la carrure et les épaules, se souvient le joueur de l'Olympiacos. Marseille peut estimer avoir eu beaucoup de chance d'avoir un président comme Pape Diouf. A Marseille, c'est très difficile de faire l'unanimité. Lui faisait l'unanimité. Il savait s'entourer, diriger un groupe et diriger ces supporters qui font l'OM. Quand Pape est parti, il a laissé le club dans un très bon état: déjà sportivement mais aussi financièrement. Derrière, quand on gagne ce titre de champion de France, c'est le travail en amont de Pape."

"Il m'a dit 'petit, faire un an ici c'est comme en faire dix ailleurs'"

"Quand il venait, sa présence hypnotisait, tout le monde était à l'écoute, raconte Valbuena. Il posait ses portables sur la table et commençait toujours en toussant. C'était un président juste, droit, qui savait aussi taper du poing sur la table quand il le fallait. Quand j'ai signé mon premier contrat, je suis arrivé dans son bureau. Il m'a dit 'petit, faire un an ici c'est comme en faire dix ailleurs'. Ma première année a été compliquée et on a beaucoup parlé, il m'a beaucoup conseillé. Pape connaissait très bien le football, il respirait le foot et comprenait très bien les choses, c'était un des seuls à connaître l'OM dans tous ses recoins."

A.Bo