RMC Sport

"Il aime tellement ça que je suis optimiste", Wenger confiant pour la carrière d'entraîneur de Henry

Invité de Top Of The Foot sur RMC, Arsène Wenger est revenu sur le début de la carrière d'entraîneur de Thierry Henry. L'ex-coach d'Arsenal comprend les difficultés de son ancien joueur mais a confiance dans sa réussite future.

Quand le maître juge le disciple. Invité de Top Of The Foot sur RMC, Arsène Wenger s'est exprimé sur le début de la carrière d'entraîneur de Thierry Henry. Licencié par Monaco en 2019 après seulement trois mois, l'ancien attaquant d'Arsenal a rebondi en MLS, à Montréal. 

"Au moins trois ans pour apprendre"

"Il est arrivé à Monaco au milieu d'une saison extrêmement difficile. Il n'avait pas suffisamment de métier pour gérer la situation, a jugé Arsène Wenger. Je pense que c'est bien qu'il soit parti en MLS pour se refaire une santé et qu'on lui laisse le temps." 

Du temps, voilà ce dont a besoin Henry selon son ancien mentor. "Il faut au moins trois ans pour apprendre ce métier, a souligné Wenger. Vous regardez les joueurs comme Zidane, ils ont démarré chez les jeunes, ils ont entraîné des centres de formation. Ils ont pris le temps d'apprendre. Il faut lui laisser le temps, il va revenir." 

"Une transformation psychologique"

Mais comment savoir si un joueur a ce qu'il faut pour faire carrière sur le banc? "On ne sait jamais. Toute ma carrière, j'ai douté, a répondu Wenger. Tu ne peux pas mesurer l'efficacité d'un entraîneur. Tu peux toujours te dire qu'un autre ferait mieux." 

Le chemin peut-être long pour quitter le terrain et devenir un entraîneur, notamment sur le plan mental. "Cela suppose une transformation psychologique, a expliqué Wenger. Quand tu es joueur, tu es toujours concerné par ta performance, ton dernier match, comment tu te sens. Entraîneur, c'est l'inverse. Tu fais passer tout le monde avant toi. Cela ne se fait pas du jour au lendemain."

Wenger croit en Henry

Mais l'Alsacien a confiance en Thierry Henry pour réussir cette mue. "Il est très intelligent, a souligné Wenger. Pour les attaquants, ils ont encore plus de responsabilités, d'ego, ça demande du temps. Mais il aime tellement ça que je suis optimiste." 

HM