RMC Sport

Jean-Pierre Louvel : « J’ai fait un mauvais choix »

Jean-Pierre Louvel

Jean-Pierre Louvel - -

EXCLU RMC SPORT. Invité ce vendredi de l’Intégrale Foot sur RMC, Jean-Pierre Louvel s’est exprimé sur la suspension de six mois que lui a infligé la commission de contrôle dopage de la Fédération Française de Football. Le président du Havre reconnait sa faute, mais ne veut pas qu’elle soit interprétée comme un refus de se soumettre à la règle.

Jean-Pierre Louvel, vous avez été suspendu six mois ce vendredi par la commission de contrôle dopage de la Fédération Française de Football à la suite d’un incident avec un préleveur, en marge du match Le Havre-Caen le 8 avril dernier ?

Il y a eu des circonstances un peu particulières. C’était un derby, un match difficile et à enjeux pour les deux équipes. A deux minutes de la fin, notre gardien (Zacharie Boucher, ndlr) se blesse en tombant sur le poteau (à l’épaule, ndlr) et cette blessure, le médecin n’a pas pu l’apprécier. Malheureusement, dans le même temps, il y a un contrôle antidopage et notre gardien fait partie de ce contrôle. Nous rentrons aux vestiaires. Plus de dix minutes après, le gardien n’est toujours pas rentré. Le médecin et l’entraîneur s’inquiètent de ne toujours pas l’avoir vu. Et là, je fais l’erreur d’aller voir où il est et je le trouve dans la salle d’antidopage. Je demande à ce que mon joueur sorte pour être vu par le médecin. J’essuie un refus catégorique du préleveur. J’avoue, par énervement, que j’ai eu des propos certainement déplacés. J’ai sorti un petit peu mon joueur par la force. Ce qui était anormal. Mais ce que je tiens à dire, c’est qu’à un moment donné nous n’avons empêché ce joueur d’être ensuite prélevé. Il a subi le contrôle tout à fait normalement. Il a été suivi par son escorte en permanence. Et les contrôles ont eu lieu tout naturellement. Jamais au grand jamais je me n’opposerai à un contrôle antidopage.

Allez-vous faire appel de cette sanction ?

A titre personnel, je ne pense pas. J’ai beaucoup de respect pour les institutions. A partir du moment où j’ai commis une erreur, je dois l’assumer. J’ai pour habitude d’assumer dans ma vie les bons ou mauvais choix que je peux commettre dans ma vie. Là en l’occurrence, j’ai fait un mauvais choix. Maintenant, ce que je ne voudrais pas, c’est qu’on pense qu’on ait voulu faire une substitution au dopage. Si tel était le cas, je ferais appel pour faire valoir que ce n’est pas du tout le cas. Pour l’instant, mes avocats me conseillent de faire appel mais comme je vous l’ai dit, je ne suis pas du tout sur cette ligne-là.

« Je peux rester le président de l’UCPF. Est-ce que je le ferai ? »

Cette suspension aura également des répercussions sur votre statut de président de l’UCPF (Union des clubs de foot professionnels). Comment allez-vous assumer votre fonction, vos responsabilités ?

Au niveau du HAC, ça ne pose pas de problèmes. La gestion du club ne m’est pas retirée. J’ai la possibilité d’aller dans les vestiaires de mon équipe. Je ne peux pas aller sur le banc de touche mais comme je n’y vais jamais, ce n’est pas un problème pour moi. Je n’irai pas non plus dans les locaux officiels de la Ligue. La représentation du club dans les assemblées se fera par une personne du directoire. Après, l’UCPF, c’est un autre débat. Je peux rester le président de l’UCPF. Les textes me le permettent. Est-ce que je le ferai ? Je me laisse le week-end pour y réfléchir. Dans tous les cas de figure, j’ai convoqué un comité exécutif lundi. Et c’est ce comité, qui m’a élu, qui aura le mot final pour savoir si je poursuis ou non.

Un mot pour finir sur la situation de l’AS Monaco. Est-ce qu’on va vraiment trouver une solution ou se dirige-t-on vers un bras de fer ?

Il faut être patient. Le 20 juin, il y aura la décision du conseil d’Etat. Soit elle infirmera le texte de la Ligue et à ce moment-là, il faudra revoir notre position, soit elle le confirmera et il appartiendra à Monaco de faire un choix. A l’issue de cela, nous verrons ce qu’il est possible de faire. Nous, nous souhaitons que Monaco reste dans le championnat français mais nous souhaitons aussi que l’équité du championnat soit respectée.

A lire aussi

Louvel : « Le mal est plus profond »

Le Graët : « Monaco ? On verra après le Conseil d’Etat »

Louvel ne pense pas faire appel

RMC Sport