RMC Sport

Kompany réclame un championnat commun pour la Belgique et les Pays-Bas

Vincent Kompany

Vincent Kompany - ICON

Lors de son passage dans une émission de télévision en Belgique, Vincent Kompany a évoqué le projet de la "BeNeLeague", qui envisage de fusionner le championnat de Belgique avec celui des Pays-Bas. L’ancien défenseur des Diables Rouges, désormais entraîneur d’Anderlecht, y est favorable. Pour que le football gagne en attractivité dans les deux pays.

C’est une idée qui a émergé depuis quelque temps déjà chez nos voisins du Nord. Mais avec la crise du Covid-19 et la perspective de voir le football européen se renouveler, elle est récemment revenue dans le débat public. Baptisée "BeNeLeague", ce projet vise à fusionner le championnat de Belgique avec celui des Pays-Bas. Dans le but de gagner en attractivité et d’augmenter les recettes. A l’heure où les grands clubs du Vieux Continent réfléchissent à se regrouper dans une "Superligue européenne" qui viendrait concurrencer la Ligue des champions, la "BeNeLeague" permettrait aux deux pays de mieux résister à la puissance de leurs concurrents.

Vincent Kompany en est convaincu. Invité de l’émission La Tribune, diffusée sur la Une (une chaîne de la RTBF), l’entraîneur d’Anderlecht a exposé ses arguments. "Je suis totalement pour, c’est une question de survie, a expliqué l’ancien défenseur des Diables Rouges, retraité des terrains depuis l’été dernier. Plus vite on y passe, mieux c’est. Bientôt, les grands clubs vont s’isoler, créer des championnats à part et leur marché va doubler, tripler, voire plus. Et nous, on va rester dans un petit marché, avec peu de moyens pour progresser. Si on double le marché ou qu’on agrandit les frontières, on pourra retrouver une compétitivité plus importante."

"En Belgique, il y a un talent fou"

Un tel scénario permettrait, selon l’ex-taulier de Manchester City, de conserver les jeunes talents au pays quelques années supplémentaires. "Au niveau des infrastructures, il y a encore énormément à faire, mais au niveau des joueurs, il y a un talent fou, observe-t-il. Je pense qu’on pourrait les garder plus longtemps si on avait la capacité d’offrir plus à nos joueurs."

Reste à convaincre les détracteurs de ce projet, qui alertent sur les risques pour les clubs de seconde zone. Aussi bien en Belgique qu’aux Pays-Bas. "Il est possible d’avoir des formules de solidarités pour le football belge, assure Kompany. C’est vrai que les championnats inférieurs ne vivent pas correctement en ce moment. Mais il y a moyen de penser solidarité. Je parle de voir des équipes plus compétitives en Belgique avec nos propres talents. Le problème, c’est que, quoi qu’on fasse, les autres championnats deviendront plus forts".

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur