RMC Sport

L’Angleterre en rodage

Steven Gerrard

Steven Gerrard - -

A un peu plus de deux semaines du premier match de l’Euro face à l’équipe de France, l’Angleterre a décroché une victoire peu convaincante en Norvège (1-0), samedi. Roy Hodgson a encore du travail pour trouver la bonne formule.

Nommé à la tête de la sélection anglaise le 1er mai dernier, Roy Hodgson s’est creusé les méninges pour composer son premier onze de départ. En déplacement en Norvège pour le premier de leurs deux matchs de préparation à l’Euro, les Anglais se sont présentés avec un visage bien différent de celui qu’ils afficheront sur la pelouse de Donetsk, le 11 juin prochain, face aux Bleus. Privé des joueurs de Chelsea (Terry, Cahill, Cole, Lampard et Sturridge), récents vainqueurs de la Ligue des champions, ainsi que de Glen Johnson (blessé à l’orteil), Hodgson a été contraint d’aligner une défense « bis », avec notamment une charnière centrale Lescott-Jagielka rapidement en difficulté.

Le sélectionneur des « Three Lions » a en revanche peut-être trouvé la parade à l’absence de Wayne Rooney, suspendu pour les deux premières rencontres de l’Euro. Ailier capable d’évoluer sur les deux côtés, Ashley Young a prouvé qu’il pouvait également officier dans l’axe. Associé à Andy Carroll, le Mancunien a fait parler sa vitesse de course et son sens du dribble, comme sur l’unique but de la rencontre, où il a mystifié à lui tout seul l’arrière-garde norvégienne avant de tromper Jarstein (9e, 1-0).

Il faudra surveiller Carroll

Andy Carroll, l’autre membre du duo d’attaque, a lui aussi marqué de précieux points. Efficace dans son jeu en déviation, le joueur de Liverpool a également été très propre dans ses prises de balle. Avec son mètre quatre-vingt-quatorze, l’ancien Magpie a également soulagé sa défense sur les phases arrêtées. Si l’opposition norvégienne a été plutôt faible, Gérard Prêcheur, envoyé par le staff de l’équipe de France, a pu déceler quelques points faibles chez les Anglais. Plutôt empruntés derrière et manquant de liant entre le milieu et l’attaque, les coéquipiers de Steven Gerrard pourraient souffrir face à la vivacité des Bleus. Avec un dernier match de préparation à jouer le 2 juin prochain face à la Belgique, l’Angleterre a encore du pain sur la planche.

Le titre de l'encadré ici

Les favoris ne sont pas prêts|||

Les favoris pour le prochain Euro ont déchanté samedi. L’Allemagne a d’ailleurs très mal démarré sa préparation. En déplacement chez une Suisse pas qualifiée pour l’Euro, les hommes de Joachim Löw ont complétement sombré (5-3). Eren Derdiyok, l’attaquant du Bayer Leverkusen, a ainsi trouvé trois fois les filets d’une Nationalmannschaft qui comptait pourtant dans ses rangs de nombreux titulaires (Özil, Klose, Podolski,…). A noter dans cette rencontre le but de l’ancien Lillois Stephan Lichtsteiner. Hummels, Schürrle et Reus ont inscrit les réalisations allemandes. Autre équipe placée dans le « groupe de la mort » du prochain Euro (avec les Pays-Bas, l’Allemagne et le Danemark), le Portugal ne s’est pas rassuré non plus ace à la Macédoine. Les coéquipiers de Cristiano Ronaldo, titulaire, ont été tenus en échec à domicile (0-0). Même les Pays-Bas ont déçu. Avec pourtant un onze de départ proche de l’équipe-type, les finalistes de la dernière Coupe du Monde ont été battus, à Amsterdam, par la Bulgarie (1-2). Robin Van Persie avait ouvert le score (45e) mais Popov (50e sp) puis Micanski ont permis aux Bulgares de créer la surprise. Sur le sol suisse, à Saint-Gall, l’équipe d’Espagne « bis » a quant à elle dominé la Serbie (2-0). Les champions d’Europe en titre ont marqué par l’intermédiaire d’Adrian Lopez et de Santiago Cazorla.

Alexandre Alain