RMC Sport

La Chine, un pari risqué

La Chine (en blanc) ne s'est plus qualifiée pour un Mondial depuis 2002

La Chine (en blanc) ne s'est plus qualifiée pour un Mondial depuis 2002 - -

L’équipe de France de football affronte la Chine mais l’Empire du milieu reste un pays où les paris sportifs sont un sport national et la chasse gardée de mafias.

Nan Young aimait l’or, les montres de luxe et les diamants. Des cadeaux de clubs et d’arbitres selon l’ancien président de la Fédération chinoise de football. Petits arrangements entre amis à coups de Rolex, le quotidien du football chinois. « La corruption existe depuis longtemps dans le foot chinois, explique Patrick Vassort, universitaire et auteur de Sexe, drogue et mafia : sociologie de la violence sportive. Les milieux qui génèrent de l’argent ont plus de chances de générer des petits arrangements. A partir du moment où le football chinois a commencé à intéresser, il a été pris en charge par une économie licite et une économie illicite. » Les clubs sont tenus par de grandes entreprises qui, pour certaines, appartiennent aux dangereuses Triades. Ce sont elles et leurs paris qui décideraient du sort de la Chinese Super League. Avec un milliard trois cents millions d’habitants, ça fait un très gros paquet de yuans qui partiraient dans les lotos clandestins. Joueurs, entraîneurs, arbitres et présidents croquent pour satisfaire les intérêts des bookmakers et de parrains qui ont trouvé avec le football un nouveau moyen de blanchir leur argent. «Les mafias font pression sur les joueurs afin de distordre les résultats et ainsi obtenir des gains largement supérieurs à ce qu’ils étaient en droit d’attendre s’ils avaient parié selon la logique», poursuit Vassort.

« L’entraîneur avait informé l’adversaire »

Didier Notheaux a été le directeur sportif du club de Canton en 2005. Il a été le témoin de plusieurs scènes qui ne laissent pas de place au doute : « Un jour, l’entraîneur me propose de diriger la séance à sa place parce qu’il a un problème à un œil. Il assiste quand même à la séance. J’avais mis au point une tactique bien particulière pour contrer nos adversaires. Et le jour du match, il y a un adversaire à la tombée du ballon après notre action. C’était manifeste que les gens en face savaient ce qu’on allait faire. Ils n’avaient jamais fait ça sur les cassettes que j’avais vues. L’entraîneur avait informé l’adversaire. » Un autre jour, il apprend de la bouche de son interprète que les dirigeants du prochain adversaire de Canton « ont tout arrangé » pour que le club de Notheaux perde. Le jour du match, Notheaux se retrouve, avec dans son équipe, un jeune qu’il n’avait jamais vu face aux meilleurs joueurs d’en face.

Lierse et la Louvière touchés

Même si le régime central n’a qu’un intérêt modéré pour le foot, contrairement aux sports olympiques, Emmanuel Meril, avocat d’affaires basé à Shanghai et à l’origine de la venue des premiers joueurs français en Chine en 1996, pense que l’état chinois « va réussir à en faire un sport plus propre. » En 2006, le bras de la mafia chinoise avait touché l’Europe. Les clubs de la Louvière et de Lierse ont été impliqués dans une affaire de matches truqués avec, comme personnage central, un bookmaker chinois : Zheyun Ye. Laurent Fassotte, capitaine de Lierse à l’époque, et inculpé dans cette affaire, à refusé de répondre à nos questions. Le championnat de France n’est pas à l’abri de vivre les mêmes épisodes après avoir connu l’affaire VA-OM en 1993. C’est pour cela que l’Etat français va tenter de traquer les opérateurs de paris suspects (voir ci-dessous). La guerre ne fait que commencer.

Morgan Maury