RMC Sport

La grosse colère du président de Dunkerque contre la décision de la FFF

Le président de Rouen était furieux contre la FFF pour ne pas avoir décidé d'une saison blanche. Celui de Dunkerque est vent debout car le National n'est pas arrêté, contrairement aux autres compétitions amateures.

Jean-Pierre Scouarnec, président de Dunkerrque, actuel deuxième de National a décidé ce jeudi après-midi d'abandonner son autre présidence, celle de l’U2C2F (union des clubs des championnats amateurs), en protestation de la décision du Comex de la FFF de tenter de mener à son terme le championnat du troisième niveau national du football français. Il menace de déclarer forfait s’il n’obtient pas assez de garantie pour l’intégrité de ses joueurs si reprise il y a!

"Je ne suis plus président de l’union des clubs amateurs, l’U2C2F depuis 13h30 ce jour parce que pour défendre mon club (Dunkerque) je ne peux pas aller contre les intérêts de l’U2C2F, a-t-il expliqué à RMC Sport. Donc à partir de ce moment-là, j’ai préféré démissionner avec effet immédiat de ma mission de président que m’avaient confié les clubs de football amateur."

Quel est votre sentiment après cette décision de la FFF?

Je suis particulièrement surpris. J’aimerai aujourd’hui que la fédération et la ligue amateur m’expliquent la différence entre la N2 et la National. Puisqu’on parle de raisons économiques et de raisons sanitaires dans le communiqué publié. J’ai une incompréhension totale mais j’ai un avis sur la question car notre championnat est particulier avec la présence de clubs professionnels (Red Star – Bourg en Bresse – Gazelec – Béziers) qui ont gardé leur statut depuis leur passage en Ligue 2. Et ces clubs pros ont mis la pression sur la fédération qui a répondu en disant 'on va botter en touche en attendant et en laissant entendre que cela pourrait reprendre'. Moi, je ne comprends pas parce que j’ai exactement les mêmes problématiques que mes amis de N2 et du National. C’est-à-dire, la première: Elle est financière car aujourd’hui je ne perçois plus rien et je n’ai que des dépenses. Comment je vais payer un treizième mois puisqu’on va devoir jouer en juillet? J’ai un exercice de 12 mois pas de 13 mois. Et la deuxième: La problématique du chef d’entreprise qui doit garantir l’intégrité physique de ses joueurs. Je ne sais pas comment faire pour être sûr qu’il n’arrivera rien à mes joueurs en pratiquant le football à haute intensité en disputant neuf matchs et de pouvoir se déplacer dans l’ensemble de la France avec des régions qui seront, peut-être, encore confinées à ce moment-là. Et j’aimerai que quelqu’un me dise : oui monsieur il n’y a aucun risque pour vos joueurs parce qu’il y a une responsabilité pénale derrière tout ça.

Et si vous n’obtenez pas ses garanties?

"Je ne mets pas la santé de mes joueurs en péril donc il n’y aura aucun joueur qui rentrera sur le terrain donc je déclare forfait! Je préfère déclarer forfait et avoir mes joueurs en bonne santé que d’avoir un joueur qui meurt sur le terrain. Je dois m’occuper de sa famille et je dois répondre pénalement de ce qui se sera passé. Sans garantie, on ne jouera pas. Et les gens, qui me connaissent, savent que si on avait été 4e ou 8e ou 13e au classement cela ne changerai rien à mon discours. (NDLR : Dunkerque est actuellement deuxième)."

Est-ce que finalement, on ne se heurte pas à ce côté "bâtard" du National avec un championnat avec des clubs aux statuts différents? Les pros se tournent vers la LFP et les autres vers la FFF alors que ce championnat est géré par la fédération?

Nous dépendons de la fédération et ceux qui ont gardé le statut pro de la LFP avec des moyens qui sont différents. Un exemple simple, un club qui descend de L2 en National, la première année ils reçoivent une aide financière de la ligue professionnelle d’un montant de 500.000 euros alors que les autres sont aidés à hauteur de 230.000 euros par la fédération. Donc, il y a déjà une iniquité à la base. Après sur le niveau sportif, on est capable de dépasser cette différence. Je suis convaincu qu’avec la décision prise aujourd’hui, il y a eu une influence des clubs professionnels auprès de la FFF. On sait tous, ce qui se passe dans le milieu. On sait très bien que le Gazelec a menacé de déposer le bilan, que le président Haddad (Red Star) qui est un ami, a demandé d’être remboursé de son investissement personnel si la saison n’allait pas à son terme. Et oui, je pense qu’on a voulu privilégier les clubs pros du National en repoussant la décision. Quelque part, il va falloir m’expliquer ce qui se passera à partir du 11 mai et comment va-t-on être capable de finir ce championnat? Aujourd’hui, j’en ai aucune idée et je ne pense pas être le seul. Il y a une seule différence entre nous et la L1 et la L2, il y a des intérêts financiers importants avec les droits TV alors que pour notre championnat il n’y a aucun enjeu sur ce secteur là puisque nous n’en percevons pas. La seule problématique, elle est sportive pour les pros du National pour ceux qui pourraient essayer, encore, d’éviter de descendre en N2 ou d’espérer monter en L2. C’est la seule. (NDLR : Le Red Star et Bourg en Bresse pour l’accession. Quevilly-Rouen-Metropole, Béziers et Gazelec pour la descente)."

Propos recueillis par Jano Rességuié