RMC Sport

La Tchétchénie veut attirer les stars du foot

Ruud Gullit présenté par le président Kadyrov

Ruud Gullit présenté par le président Kadyrov - -

L’ancienne république soviétique a sollicité plusieurs stars du football mondial, dont Maradona et Zidane, pour inaugurer le nouveau stade de Grozny, en mai. Et améliorer une image toujours marquée par la terrible guerre contre la Russie. Eclairage.

Afin de fêter en grande pompe l’inauguration d’un nouveau stade ultramoderne de 35 000 places à Grozny le 9 mai prochain, la République de Tchétchénie et son sulfureux président Ramzan Kadirov s’organisent. Il faut en mettre plein la vue. Une rencontre de gala entre le club local, le Terek Grozny, actuel 12e du championnat russe (entrainé par Ruud Gullit) et une sélection d’anciennes stars mondiales est en effet programmée. « Il y a pour le pouvoir tchétchène un double objectif : à la fois essayer de se donner une légitimité interne, montrer au peuple que la page de la guerre est tournée, qu’il y a désormais une stabilité politique, explique Pascal Boniface, directeur de l’IRIS, l’Institut des relations internationales et stratégiques. En faisant venir ou en disant faire venir de grandes vedettes internationales du football – parce qu’il y a une part de désinformation –, les Tchétchènes savent qu’il y aura des articles, que l’on va parler de la Tchétchénie, et donc ça permet de montrer que la situation se normalise à l’intérieur du pays. Faire venir de grandes stars internationales, c’est propre à flatter l’amour-propre du peuple tchétchène, car même avant la guerre, ce n’était jamais arrivé. »

Zidane n’a pas donné son accord

Parmi les personnalités invitées, Diego Maradona aurait déjà confirmé sa présence. D’autres stars sont également annoncées. Les Italiens Alessandro Costacurta, Christian Vieri et Franco Baresi, l’Uruguayen Enzo Francescoli, le Tchèque Pavel Nedved et l’Anglais Steve Mac Manaman devraient être de la fête. Il y a quelques semaines, une sélection composée de champions du monde brésiliens de 1994 et 2002 avait déjà été invitée. Pour le 9 mai, plusieurs Français ont été conviés. Des discussions ont été entamées avec Zinedine Zidane. Mais le champion du monde 1998 a démenti ce vendredi avoir été invité.

Les organisateurs souhaiteraient également la présence d’autres anciennes stars hexagonales telles que Fabien Barthez, Emmanuel Petit, Christian Karembeu, Christophe Dugarry, Jean Pierre Papin ainsi que le président de l’UEFA, Michel Platini. Mais pour le moment, aucun d’eux n’a encore donné de réponse. Et rien ne dit qu’ils y répondront favorablement. Les organisateurs ne lésinent en tout cas pas sur les moyens pour en faire venir certains d’entre eux. La venue de Maradona ne se négocierait pas en dessous de 350 000 dollars (soit environ 240 000 euros). « Cet investissement financier pour faire venir des joueurs de foot est peu élevé par rapport au coût d’une guerre, par rapport aussi aux coûts de la reconstruction, conclut Boniface. Payer quelques millions pour faire venir des stars de football, c’est vraiment mineur par rapport à l’enjeu essentiel de la pacification de la Tchétchénie. »