RMC Sport

Larqué : « Je suis inquiet pour la suite de la carrière de Platini »

Jean-Michel Larqué

Jean-Michel Larqué - DR

Ce vendredi, une procédure pénale contre Sepp Blatter, le président de la Fifa, a été ouverte par la justice suisse. En cause, notamment, un paiement suspect d’1,8M€ à l’attention de Michel Platini. Une information qui ébranle Jean-Michel Larqué, membre de la Dream Team RMC Sport.

"Je suis KO parce que si j’imaginais bien que Mr Sepp Blatter n’avait pas les mains propres, je n’imaginais pas Michel Platini pouvait éventuellement avoir trempé dans ce genre de corruption. On va attendre. Mais je n’imagine pas non plus que la justice suisse n’ait pas engagé une procédure pénale à l’encontre de Sepp Blatter sans avoir de très sérieuses preuves de ce qu’elle avance. Je suis donc inquiet pour la suite de la carrière de Michel Platini et du football, tout simplement.

Si cette affaire venait à être avérée, il en serait terminé des ambitions de Michel Platini pour la Fifa. A ce stade de l’enquête, il faut être extrêmement prudent mais si la justice suisse est aussi pointilleuse et minutieuse dans ce domaine que dans les autres, je n’imagine pas qu’elle n’ait pas avancé un tel avis sans avoir de très sérieux ‘’biscuits’’."

"C’est l’avenir de tout le football qui est en danger"

"Il est évident que Platini va devoir s’expliquer très vite. Mais même aujourd’hui, sa parole peut être mise en doute. Il n’y a qu’une institution qui peut désormais confirmer ou infirmer ce qui se passe, c’est la justice suisse. Et il est évident qu’il n’y a pas pire chose que la rumeur mais si la justice suisse ne venait pas à prendre une position claire et nette et ferme avant la date limite du dépôt des candidatures (le 26 octobre), évidemment, la suite et l’avenir de Michel Platini s’assombrirait très sérieusement.

Au-delà de l’avenir de Platini, c’est l’avenir de tout le football qui est en danger. Décidément, Monsieur Blatter et son équipe ont fait beaucoup de mal au football. Et malheureusement, je crois que tout cela est loin d’être terminé."

la rédaction