RMC Sport

Le match pourrait avoir lieu !

-

- - -

Exclu RMC. RMC a organisé une rencontre mardi soir entre le Paris Football Gay et le club de Créteil Bébel. Les deux équipes veulent désormais jouer le match !

« Nous sommes quatorze dans l’équipe à ne pas être d’accord avec cette polémique. Nous pouvons jouer ce match. » Il aura fallu attendre très tard dans la soirée de mardi pour voir l’intelligence triompher et le feuilleton ayant bousculé le monde amateur prendre fin. Engagé en match de Coupe face au Paris Football Gay, le club de Créteil Bébel avait fini par se rétracter la veille de la rencontre. La raison ? « Désolé, mais par rapport au nom de votre équipe et conformément aux principes de notre club, qui est une équipe de musulmans pratiquants, nous ne pouvons jouer contre vous, nos convictions sont de loin plus importantes qu'un simple match de foot, encore une fois excusez-nous de vous avoir prévenu si tard. »

Les joueurs de Créteil pas d’accord avec leur dirigeant

Tel est le courrier transmis par le dirigeant du club cristolien, Zahir Belgharbi, à son homologue du PFG, Pascal Brethes. Ce mail a depuis fait le tour de la Toile et des instances fédérales du football français. De la secrétaire d’Etat chargé des Sports, Rama Yade à la Mairie de Paris, en passant par la FFF, tous ont condamné des propos qualifiés d’ « homophobes » par les membres du Paris Football Gay. En fin d’après-midi, les dirigeants du PFG envisageaient même de porter plainte et de demander à leur ligue, la Commission Football Loisirs de sanctionner la formation de Créteil Bébel.

« J’aurais aimé que l’on parle de nous différemment, confie Ben, le capitaine de Créteil Bébel joint par RMC mardi soir. J’ai des enfants qui sont à l’école et qui ont entendus parler de tout ça. Une majorité de l’équipe est choquée certes que cette équipe puisse s’appeler Foot Gay… mais on ne cautionne pas le mail de notre dirigeant. D’ailleurs, il ne nous a pas prévenus de l’envoi de ce courrier. Il a été dépassé par les événements. »

Pas d'accord avec leur dirigeant, les joueurs de Créteil se disent prêts à disputer cette rencontre, histoire « de montrer qu'ils ne sont pas homophobes » et mettre ainsi fin à la polémique. « Je suis prêt à rassembler l’équipe, insiste Ben. On fera un match à onze contre onze et le plus fort gagnera. » « Bien sûr que l’on veut jouer ce match… on dit oui, trois fois oui même », affirme de son côté Pascal, également joint par RMC. Tout est bien qui finit bien serait-on tenté de dire.

La rédaction - A.D. avec l'After (RMC Sport)