RMC Sport

Le PSG féminin fait sa mue

L'équipe féminine du PSG

L'équipe féminine du PSG - -

Dans l’ombre des stars qui éclaboussent la L1, l’équipe féminine du PSG dispose elle aussi d’un budget revu à la hausse et de nouvelles ambitions. L’objectif des dirigeants parisiens est clair : devenir un club important sur l’échiquier européen.

Terminé les petits boulots après l'entraînement pour boucler les fins de mois. Avec l’arrivée de Nasser Al-Khelaifi à la tête du club de la capitale, l’équipe féminine du Paris Saint-Germain fait désormais partie de la SASP du club, avec le statut professionnel. « L’ensemble des filles possède un contrat professionnel, décrypte Jean-Claude Blanc le directeur général délégué du PSG. L’objectif, c’est toujours l’excellence. Le foot féminin fait partie du PSG. On sera présent au match, Nasser ira aux entrainements. Ça fait partie de l’ADN d’un grand club, de l’histoire du Paris Saint-Germain et on souhaite la respecter voire l’amplifier en donnant au PSG des moyens supplémentaires dès cette année. »

Pour cela, l’équipe dirigeante a mis les petits plats dans les grands. Trois des meilleures joueuses du monde (les deux allemandes Linda Bresonik et Annike Krahn, ainsi que la jeune attaquante américaine Lindsay Horan) sont venus renforcer l’effectif. Horan est même déjà considérée dans le vestiaire comme la Zlatan Ibrahimovic au féminin. « On a beaucoup de nouvelles joueuses et on a vraiment à cœur de faire une belle saison pour honorer les moyens qu’on a débloqués pour nous, confie la défenseur historique du club, Laure Boulleau. Tout ce qui est nouveau, on a envie d’y goûter et on est remontée à bloc. »

Blanc : « L’objectif ? L’Europe »

L'équipe féminine a désormais son propre centre d'entraînement, basé à Bougival, avec toutes les installations d'une équipe professionnelle. Préparateur physique, staff médical, moyens de restauration sur place, tout est fait pour que les filles pensent uniquement à la performance. « On vise de grands résultats avec ces équipes, poursuit Jean-Claude Blanc. Il faut qu’on aille vite sur la scène européenne pour porter haut les couleurs du Paris Saint-Germain. » Et même si le plus haut salaire s'élève à 8000 €, soit 145 fois moins que le salaire d'Ibrahimovic, contre 12 000 euros pour les filles de Lyon, le PSG féminin a tout d’un ogre avant de débuter le championnat de France à Guingamp, ce dimanche.

Avec une pression qui n’est pas la même que son homologue masculin. « Les enjeux sont quand même nettement différents entre les hommes et les femmes, souffle Sabrina Delannoy. On veut juste se faire plaisir dans des conditions d’entrainement idéales. Je ne sais pas si on est un ogre dans cette D1, le championnat sera très serré. On n’est pas la plus grosse écurie cette saison. » Le duel entre l’Olympique Lyonnais, champion d’Europe en titre, et ce nouveau PSG promet déjà de faire des étincelles sur la pelouse de Charléty.