RMC Sport

Le rêve américain du Montfermeil FC avec Ladj Ly

Le club de football de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) a bâti un projet social et culturel pour soutenir le long métrage Les Misérables de Ladj Ly, ancien joueur et éducateur au club, nommé aux Oscars dans la catégorie du meilleur film étranger. Une vingtaine de jeunes partiront jeudi pour l’accompagner aux Etats-Unis et mener sur place, pendant onze jours, un éventail d’actions en Californie autour du football et des quartiers. Les acteurs de cet ambitieux projet racontent.

Le rêve est en marche pour le club de foot de Montfermeil. Le club du 93 (Seine-Saint-Denis), "axé sur la formation des jeunes" dixit Ahmed Hadef, l’homme qui préside à la destinée de cette association depuis une vingtaine d’années, a bâti un projet avec Ladj Ly, réalisateur du film Les Misérables.

Cette opération appelée "De Montfermeil à Hollywood et de Hollywood à Montfermeil" a officiellement débuté il y a un peu plus de trois semaines, mais elle germe dans la tête d'Ahmed Hadef et de ses complices depuis plus d'un an. "Il n’était pas encore question des Oscars", raconte le président du club. Le fait que Les Misérables soit nommé aux Oscars a mis un coup d'accélérateur au projet. "A partir de là, on s’est dit: 'C’est bon, on va y aller'", poursuit Ahmed Hadef.

Une délégation d'une vingtaine de jeunes décollera jeudi pour une petite dizaine de jours, onze au total, direction Los Angeles aux Etats-Unis, pour la prochaine cérémonie des Oscars (9 février). Aux côtés des jeunes de l’équipe U18, d’anciennes étudiantes de l’École Kourtrajmé (dont Ladj Ly mais également Vincent Cassel et Kim Chapiron sont issus), des apprentis reporters et photographes, accompagnés d'éducateurs et coachs, vont se joindre au réalisateur, nommé aux Oscars dans la catégorie meilleur film étranger, avec pour objectif de ramener la coupe à la maison.

"C’est notre petit frère", raconte Ahmed à propos de Ladj Ly. Il a grandi dans le quartier des Bosquets tout proche du stade. Les gamins des environs s’identifient d’autant plus facilement à l’ancien éducateur du club qu’il vit toujours à Montfermeil, son "décor".

Krimo, le chef de projet, s'adresse aux jeunes
Krimo, le chef de projet, s'adresse aux jeunes © -

Pas de vacances aux Etats-Unis

Il n’a pas été difficile de convaincre les jeunes de la pertinence du projet, qui vise, pour le club de football, à pérenniser son statut et ses activités. Car le FC Montfermeil est bien plus qu’un club de football. "On va montrer à tous ce qu’on est depuis longtemps, et ce qu’on fait depuis toujours, des actions sociales culturelles et sportives, annonce Krimo Mediene, le chef du projet. On a 1000 adhérents, on investit des champs improbables pour certains."

Avant de partir, les jeunes concernés par ce voyage se sont réunis à plusieurs reprises pour parler du projet ou prendre part à des petits ateliers. Ils sont à bloc. "Ils n’arrivent jamais en retard, confirme Ahmed. A chaque atelier qu’on propose, ils sont là, ils sont prêts." "J’étais grave content. C’est un pays que j’ai toujours voulu visiter", jubile Guiry Egny, un jeune joueur du club de football.

Ils ne seront toutefois pas des touristes comme les autres à Los Angeles. Car ils ne se rendent pas aux Etats-Unis pour les vacances. Sur place, le programme sera très chargé: projection du film Les Misérables dans un cinéma local, deux rencontres organisées avec autant d’équipes phares de Los Angeles (Los Angeles FF et Venice Beach FC), rencontre avec des écoliers, réception au Consulat de France, etc...

"On a plein de talents et on veut montrer tout ça, reprend Krimo. C’est le but du projet, profiter de cette lumière pour montrer nos talents, signer des partenariats et des contrats avec des mécènes, des fondations." Le soir des Oscars, ils ne seront pas dans la salle, mais jamais très loin non plus, pour une projection sur écran géant de la cérémonie avec la communauté française de Los Angeles. "On sera tellement impatients d’y être que les neuf heures d’avion, on va les sentir", rit Sarra Karouri, éducatrice à Montfermeil.

Le club est aussi engagé sur le terrain culturel
Le club est aussi engagé sur le terrain culturel © -

"S'il y a un obstacle, on le contourne"

Une cagnotte participative a été lancée pour aider le projet à se concrétiser. Et d’après les témoignages recueillis sur place, les premiers chiffres dépassent les résultats escomptés. "Nous avons lancé une cagnotte il y a une semaine et demie à peine. Et en dix jours, nous avons levé 20.000 euros, ce qui est absolument incroyable, se réjouit encore Krimo. Nous avons montré que nous étions capables, en dix jours, de réunir seuls un budget pour pouvoir partir et réaliser ce rêve. Puis de financer toutes nos activités pour l’année 2020." Car le club vise bien plus haut que le montant perçu pour le fonctionnement du club cette année. "L’objectif, c’est d’arriver à 100.000 euros le 8 mars", date de clôture de la plateforme, prévient Krimo.

Les jeunes, très investis, ont largement contribué à la réussite du projet. "Mais pourquoi ne pourrions-nous pas mener à bien ce projet ? Il faut y croire jusqu’au bout se dire que rien n’est impossible, qu’on peut tous le faire ensemble", lance Miljan Vojinovic un autre jeune du club de football, témoin des réactions de joie et de fierté chez certains de ses coéquipiers.

Krimo, le chef du projet, décrit les ressources dont ont su faire preuve les jeunes depuis le début de l’aventure. "L’idée c’était de les faire parler autour de ce projet, autour des craintes, des espoirs. Et tous ont dit dès le début: 'Rien n’est impossible. S’il y a un obstacle, on le contourne. On est les rois de la débrouille. On connaît le système D, on va y arriver. Il n’y a aucun doute'."

Une websérie documentaire en préparation

La prometteuse et ambitieuse délégation n’a pas été laissée à l’abandon. Elle a reçu le soutien de Ladj Ly, bien entendu. "On l’a souvent au téléphone, raconte Ahmed. Le jour où je lui ai présenté le projet, il n’a même pas cherché à comprendre. Il m’a dit: 'Tu n’as pas honte de me demander ça'."

D'autres parrains ont apporté leur contribution à ce projet, au premier rang desquels se trouvent Nicolas Hulot et Kamel le magicien, mais également Anne-Elisabeth Lemoine ou encore Daphné Roulier, deux animatrices bien connues de la télévision française. Et pour conserver trace de ce voyage inoubliable, une websérie documentaire va retracer le parcours de cette vingtaine d’ambassadeurs. Plusieurs vidéos ont déjà été produites pour provoquer le buzz et faire parler d'eux.

-
- © -

Montfermeil Dream

Inès, quinze ans, lycéenne et photographe au FCM, a déjà commencé à immortaliser les ateliers partagés, un travail qui va trouver de la continuité aux Etats-Unis, et une complémentarité avec le documentaire auquel il sera inséré. Quatre anciennes étudiantes de Kourtrajmé, co-réalisatrices de cette série documentaire, avec Olivier Boucreux, veillent à ce que le plan se déroule sans accroc.

"On est assez polyvalentes, précise l’une d’entre elles. On va faire de la captation vidéo, de la mise en scène, et de l’écriture aussi, surtout du documentaire. Mais au-delà de ça, on accompagne le projet depuis le début en montant et en filmant pour faire des capsules pour qu’on parle du projet, qu’on ait une meilleure visibilité. Notre but, principalement, c’est de créer du contenu pour notre projet. A court terme, sur les réseaux, pour faire parler, et ensuite pour la série documentaire qui sortira plus tard."

Pour celui-ci, aucune date de sortie n’est encore prévue. Il devrait cependant se détailler en dix épisodes pour narrer les aventures de ces jeunes gens qui ont déjà des étoiles plein les yeux, à l’image de Guiry Egny: "On a tous hâte d’y être, on compte les jours. Nous aussi on a un rêve, il n’y pas que le rêve américain." Et ils sont plus proches que jamais de le réaliser.

QM avec Tiffany Henne