RMC Sport
en direct

Le sport face au coronavirus en direct: Diaby positif et forfait pour l'Euro Espoirs

Moussa Diaby

Moussa Diaby - ICON Sport

La France adopte de nouvelles restrictions à partir de ce samedi et pour quatre semaines au moins afin de contrer la “troisième vague” de Covid-19, et pendant ce temps, la pandémie continue de faire du mal au sport dans son ensemble, qu’il soit professionnel ou amateur.

Diaby positif au Covid-19 et forfait pour l'Euro Espoirs

Positif au Covid-19 comme annoncé ce samedi par le Bayer Leverkusen, Moussa Diaby est contraint de déclarer forfait pour l'Euro Espoirs qui débute le 25 mars prochain. L'ancien joueur du PSG est placé à l'isolement

Le gouvernement français accorde des dérogations aux joueurs étrangers

Le gouvernement français a choisi d’accorder des dérogations aux joueurs étrangers souhaitant répondre à l’appel de leurs sélections pendant la trêve internationale de la fin du mois de mars, mais à certaines conditions seulement. La Ligue de football professionnel (LFP) a envoyé un mail à tous les clubs ce matin, dans le but de préciser ce cadre. Les joueurs concernés sont tenus d’emprunter un jet privé au retour et de procéder à un test PCR chaque jour pendant les sept jours qui suivent leur retour en France, dans le but d’éviter une septaine. Le protocole Covid devra être appliqué en sélection. Et si Memphis Depay pourra jouer les matches avec sa sélection, seize fédérations ne pourront rapatrier les joueurs en vols privés: Mali, Comores, Macédoine, Tunisie, Congo, Sénégal, Togo, Cote d’Ivoire, Mauritanie, Guinée, Afrique du Sud, Haïti, Maroc, Mali, Niger, et Burkina Faso. En fait, si une sélection africaine veut affréter un vol privé (et peut le faire, surtout), il n’y aura pas de septaine non plus. C’est plus une question de moyens pour les sélections africaines. Plusieurs clubs de Ligue 1 s'étaient appuyés sur une circulaire de la FIFA pour conserver leurs joueurs pendant la trêve, en raison du risque sanitaire.

Jeux olympiques de Tokyo: pas de spectateurs venant de l'étranger

C'est désormais officiel, il n'y aura pas de spectateurs venant de l'étranger aux Jeux olympiques de Tokyo cet été (23 juillet-8 août), en raison des risques sanitaires importants, ont annoncé les responsables olympiques et les autorités japonaises à l'issue d'une réunion en ligne samedi. C'est une première dans l'histoire olympique.

"Afin de clarifier la situation pour les détenteurs de billets vivant à l'étranger et de leur permettre d'ajuster leurs plans de voyage à ce stade, les parties côté japonais sont arrivées à la conclusion qu'ils (les spectateurs, NDLR) ne pourront pas entrer au Japon au moment des Jeux", selon un communiqué précisant que les instances internationales olympiques acceptaient cette décision.

"Notre première priorité a été, est et reste la sécurité de tous les participants aux Jeux olympiques et du peuple japonais", a déclaré en préambule de la réunion Thomas Bach, président du Comité international olympique (CIO), ajoutant: "Nous devons prendre des décisions qui peuvent nécessiter des sacrifices de la part de chacun".

Depuis début mars, les médias nippons annoncent que le gouvernement japonais a déjà opté pour l'interdiction des spectateurs de l'étranger, en raison notamment de l'inquiétude de la population japonaise face au Covid-19 et à ses variants.

Les joueurs polonais autorisés à rejoindre leur sélection

Alors qu’ils n’avaient pas l’intention de libérer leurs joueurs dans un premier temps en vertu d’une circulaire de la FIFA qui les y autorise, le Bayern Munich et le Hertha Berlin ont finalement décidé de laisser leurs internationaux polonais, dont Robert Lewandowski, à disposition de leur sélection. La Fédération française a également approuvé la libération de l’attaquant marseillais Arkadiusz Milik. La Pologne doit rencontrer l’Angleterre le 31 mars.

JO: la question des spectateurs étrangers sera tranchée samedi

Responsables olympiques et autorités japonaises se prononcent samedi sur la présence de spectateurs venant de l'étranger aux Jeux olympiques de Tokyo reprogrammés cet été, mais la décision d'une interdiction semble déjà acquise devant la persistance de la pandémie. La réunion en ligne impliquera les cinq parties prenantes aux Jeux: comité d'organisation, gouvernement japonais, ville de Tokyo et Comités internationaux olympique et paralympique.

Depuis début mars, les médias nippons annoncent que le gouvernement japonais a déjà opté pour l'interdiction des spectateurs de l'étranger, en raison notamment de l'inquiétude de la population japonaise face au Covid-19 et à ses variants. "L'immigration dépend du gouvernement mais, au bout du compte, (la décision, ndlr) sera basée sur une discussion entre les cinq parties et leur accord", a déclaré la présidente du comité d'organisation de Tokyo 2020, Seiko Hashimoto, lors d'une conférence de presse vendredi.

Une interdiction constituerait une première historique. Selon l'agence de presse japonaise Kyodo, le casse-tête du remboursement des centaines de milliers de billets vendus hors du Japon devrait être aussi abordé samedi, tout comme l'impact sur un budget de 13 milliards d'euros, un record pour des JO d'été. Une autre décision devrait être prise en avril, voire plus tard, sur la jauge des sites olympiques pour le public résidant au Japon.

Basket: arrêt définitif des championnats amateurs en raison de la crise sanitaire

Les championnats amateurs de basket aux niveaux départemental, régional et national ne reprendront pas cette saison en raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus, a annoncé vendredi la Fédération française de basket-ball (FFBB), qui met par ailleurs en place un plan d'aides pour les clubs.

"Le Bureau Fédéral de la FFBB, réuni à Paris le 19 mars, a acté l’arrêt définitif de toutes les compétitions fédérales à l’exception des divisions qui bénéficient de la dérogation au confinement et à l’interdiction de déplacement", a annoncé la FFBB dans un communiqué.

La Ligue Féminine, la Ligue Féminine 2 et la Nationale Masculine 1 (3e division) poursuivront donc leur championnat.

Mais les championnats des divisions inférieures sont eux "définitivement arrêtés à l’exception des championnats ultra-marins". Il n'y aura aucune montée ou descente de clubs cette saison.

"En effet, la perspective de disputer 50% des rencontres, même dans les territoires ayant pu débuter leurs championnats en septembre dernier, ne peut plus être envisagée", explique la FFCC.

"Cette décision, terriblement frustrante, n’a pas été facile à prendre", a expliqué le président de la Fédération, Jean-Pierre Siutat, expliquant avoir "tenté jusqu’au dernier moment, de permettre aux 57.000 équipes engagées et à des milliers de joueuses et de joueurs de réaliser des matches officiels cette saison, dans le cadre de leur championnat. Malgré une fin de saison repoussée à fin juin, cette perspective n’est plus atteignable aujourd’hui".

Face aux difficultés engendrées par la crise sanitaire, la FFBB a par ailleurs annoncé la mise en place d'un plan d'aides de 12 millions d'euros à destination des clubs, dont les modalités seront précisées ultérieurement.

"C’est un effort global considérable (...) que la FFBB, ses Ligues et Comités, vont réaliser pour aider les clubs, avant de se tourner vers la saison prochaine et proposer un plan de relance qui tiendra compte des dispositifs prévus par le gouvernement, dont le tant attendu Pass’Sport", fait valoir M. Siutat.

RMC Sport