RMC Sport

Le Vestiaire: l'accident de voiture qui a servi de leçon à Christopher Jullien

Invité de l’émission Le Vestiaire lundi sur RMC Sport 1, le défenseur central du Celtic Glasgow Christopher Jullien a raconté quelques souvenirs de sa carrière. Et notamment un accident de la route qui l’a empêché de participer à son premier entraînement avec les pros, à Auxerre, et qui aurait pu avoir des conséquences plus graves.

Christopher Jullien parle d’un "électrochoc". Avant de faire les beaux jours de Toulouse et désormais du Celtic Glasgow, le défenseur central est passé en jeunes par le centre de formation d’Auxerre. C’est en Bourgogne qu’il a vécu l’une de ses premières grosses galères. Il l’a racontée sur le plateau du Vestiaire, ce lundi sur RMC Sport 1. "J’avais 17-18 ans. J’évoluais avec les 19 ans et j’apprends que je joue avec la réserve le lendemain. J’étais à une heure et demie de Paris. Je venais d’avoir mon permis. Je me suis dit que j’allais rentrer à Paris pour la nuit et repartir le lendemain matin pour l’entraînement. Je vais donc à Paris mais je ne dors pas bien."

>> Cliquez ici pour découvrir les offres d'abonnement de RMC Sport

"Mon cousin pète un plomb, la voiture est défoncée"

Le lendemain matin, Jullien prend la route avec son cousin. "Je m’endors au volant et on a un accident, poursuit-il. C’est l’état de choc quand je me réveille. Tous les membres sont bloqués. Mon cousin pète un plomb. La voiture est défoncée, détruite. Et cinq minutes après, le coach de la réserve m’appelle. Il me demande comment je vais. 'Tout va bien coach.' Je me dis que je vais régler ça rapidement. Il me dit: 'C’était juste pour te dire que tu t’entraînes avec les professionnels ce matin. Premier entraînement. Je suis vraiment fier de ce que tu fais en ce moment. Ils ont besoin d’un défenseur central.' Je raccroche. Mon cousin me tombe dessus: 'Je t’avais dit de ne pas rentrer!' Il me tape. Moi je suis limite en pleurs à côté de ma voiture. Je rappelle le coach et je lui raconte un petit bobard, que j’ai été malade. Je ne leur ai pas dit la vérité. Son ton de voix a changé direct: 'Bon ok, tu t’entraîneras avec les 17 ans cet aprèm.'"

La suite, c’est un retour à Auxerre houleux devant tous les coachs. "Ils m’ont dit: 'Chris, sache que c’est avec ce type de choses que tu passes à côté d’une carrière.' Pendant les trois mois qui ont suivi, j'arrivais une heure en avance tous les matins!"

AB avec Le Vestiaire