RMC Sport

Les clubs français seront bien taxés à 75 % !

Noël Le Graët

Noël Le Graët - -

Matignon a fait savoir ce mardi que les clubs de football seraient finalement concernés par la taxe à 75%. Celle-ci s’appliquera à tous les salaires supérieurs à un million d’euros. Une annonce inquiétante pour les acteurs de Ligue 1, qui redoutent un exode des talents et un appauvrissement du championnat de France.

Pour les clubs français, la nouvelle a fait l'effet d'une bombe. Ce mardi matin, peu avant 9 heures, Matignon a démenti l’information selon laquelle les clubs de football ne seraient pas concernés par la future taxe à 75% sur les très hauts revenus. Celle-ci s’appliquera à « toutes les entreprises qui versent des salaires supérieurs à un million d’euros », a expliqué un porte-parole du gouvernement à l’AFP, qui a également précisé que Jean-Marc Ayrault n’avait eu « aucun contact » récent avec Noël Le Graët. Le président de la Fédération française de football avait confié au Parisien-Aujourd’hui en France avoir reçu l’assurance du Premier ministre en personne que les clubs de football ne seraient pas concernés par la taxe.

« Toutes les entreprises qui sont dans la capacité de rémunérer des salariés plus d’un million d’euros par an seront touchés par la taxe à 75 %, a confirmé au micro de BFM la ministre des Sports, Valérie Fourneyron. Il s’agit d’une situation exceptionnelle de notre pays en matière d’endettement, une contribution exceptionnelle qui sera appliquée à l’ensemble des entreprises qui sont capables de rémunérer des salariés plus d’un million ».

Une joie de courte durée

L'annonce de cette taxation des clubs français dont les salariés-joueurs émargent à plus d'1 million d'euros annuels (environ 112 joueurs regroupés dans une petite moitié des formations de L1 et à l'AS Monaco (L2)) est d'autant plus surprenante que lundi soir, le milieu du foot semblait avoir gagné cette bataille fiscale. Une indiscrétion faisait état d'une discussion en ce sens entre le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le président de la Fédération française de foot (FFF), Noël Le Graët.

« C’est le grand capharnaüm, d’un côté l’Elysée annonce quelque chose, et de l’autre côté Matignon annonce autre chose, a réagi sur RMC Jean-Pierre Louvel, le président de l'Union des clubs de football professionnels (UCPF). Vous en tirez les conclusions que vous voulez. Hier (lundi) soir, c’était plutôt satisfaisant et ce matin nous retombons dans les mêmes errements. De toute façon, les effets seront catastrophiques. On l’a dit et on le répète, si cela reste comme ça, ce sera catastrophique mais nous, on aura tiré la sonnette d’alarme et on verra le résultat à l’arrivée. »

Perri : « Un danger d’appauvrissement pour le football français »

Une inquitétude partagée par René Charrier, le vice-président de l'UNFP, le syndicat des joueurs. « On pourrait penser que ça ne touche pas directement les joueurs, que nous représentons. Pour autant ça touche l’économie du football, à court termes ce sont des charges supplémentaires pour les clubs qui sont déjà en difficulté pour la plupart, a-t-il confié à RMC Sport. A moyen terme, on doit se poser la bonne question, est-ce qu’il sera possible de conserver les meilleurs joueurs en France ? Et ça induit pour nous, recruter les meilleurs joueurs européens, puisque tout cela rentre dans une concurrence européenne. » Une baisse de compétitivité qui pourrait également faire des dégâts au sein même du championnat de France, où le PSG et ses fonds inépuisables deviendrait encore plus intouchable.

« C’est un danger d’appauvrissement pour le football français, ça illustre un vieux principe qui est que 'l’impôt tue l’impôt', glisse l'économiste Pascal Perri. Ce qui peut se produire demain, c’est que ceux qui ont la capacité de payer une partie des salaires à l’étranger le feront et que les autres seront évidemment pénalisés. Clairement, ça signifie que pour le PSG, cette taxe sera probablement indolore parce que le Paris Saint-Germain aura les moyens de la contourner. Pour tous les autres en revanche, elle sera douloureuse. Ça signifie que l’écart entre les plus riches et les plus pauvres – toute proportion gardée – se creusera un peu plus. »

A lire aussi :

>> Triaud : « Cela devient ridicule »

>> Fourneyron : « Une contribution exceptionnelle »

Le titre de l'encadré ici

Le PSG sera le plus taxé|||

Selon la LFP, la taxe à 75% va coûter environ 82 millions d’euros par an aux clubs de Ligue 1. Une somme largement assumée par le PSG et ses très hauts revenus. Le club de la capitale compte 24 joueurs dans son effectif professionnel, plus Mathieu Bodmer, Mohamed Sissoko et Adrien Rabiot, actuellement prêtés. La masse salariale totale des joueurs du PSG (plus l’entraîneur Carlo Ancelotti) est estimée à 85 millions d’euros brut. En y appliquant la taxe à 75% sur les salaires annuels supérieurs à un million d’euro, le club de la capitale devrait débourser environ 45 millions d’euros supplémentaires par an (hors cotisations sociales), soit plus de la moitié du total des clubs de L1. A titre d’exemple, Zlatan Ibrahimovic, le joueur le mieux payé de la Ligue 1 avec un salaire annuel brut estimé à 14 millions d’euros, coûtera environ 9,75 millions d’euros supplémentaires par an au PSG avec la taxe à 75%.