RMC Sport

Les grandes vérités de Petit

Emmanuel Petit part en guerre contre le foot business

Emmanuel Petit part en guerre contre le foot business - -

La Coupe du monde des sans-abri aura lieu du 21 au 28 août, aux Champs de Mars. Emmanuel Petit est parrain, avec Lilian Thuram, de cette association. En marge de la présentation de l’évènement, l’ancien champion du monde en a profité pour porter un regard militant sur l’actualité du football. Extraits

Bonne chance Varane !
« Varane est un garçon qui a un gros potentiel. Je n’ai pas de conseils à lui donner. Je sais juste que par le passé, on a vu beaucoup de joueurs aussi talentueux que lui, qui sont revenus avec des échecs et qui ont passé leur temps à courir après un passé révolu. Pour lui, le choix était simple. Son club était relégué et il voulait retomber dans un club de l’élite avec la possibilité de jouer les grosses compétitions européennes. Est-ce qu’il aura du temps de jeu ? Est-ce qu’un départ prématuré dans un club comme le Real Madrid peut lui être préjudiciable ? Je lui souhaite bien du courage. Il devra parfaire son mental. Si c’était moi, j’aurais opté pour un grand club français, qui m’aurait offert la possibilité de jouer la Ligue des Champions, avec une option dans le contrat me permettant, si tout se passait bien, d’avoir un plan de rechute ailleurs. »

Garde a le potentiel
« J’ai eu la chance de côtoyer Rémi pendant trois années à Arsenal. Le joueur était capable de jouer à cinq postes différents sur un terrain, ce qui montre à quel point il est quelqu’un d’adaptable, malléable. Rémi est imprégné d’une grande retenue mais dispose d’une analyse et d’une véritable justesse intellectuelle. Il a le potentiel pour gérer une équipe. Maintenant, sa pudeur peut lui jouer des tours. Dans un vestiaire, c’est la loi du plus fort, c’est un milieu extrêmement égocentrique. Lui, qui a toujours fait preuve de beaucoup de recul par rapport à tout ça, devra imprégner son vestiaire de cette pudeur-là. Je me répète, il a le potentiel. Maintenant on n’est pas entraîneur tant qu’on n’en a pas revêtu le costume. »

Une Ligue 2 royale
« Il y a beaucoup d’anciens pensionnaires de l’élite et pas des moindres, comme Monaco. Où sont Lens et Nantes ? On a des grands noms historiques de la Ligue 1 en Ligue 2. La mauvaise gestion financière peut précipiter un club dans le fossé. Avant on utilisait l’argent pour définir des priorités, aujourd’hui, on définit des priorités par rapport à l’argent. Le foot business a tourné la tête a beaucoup de personnes. A l’échelle européenne, on va avoir des clubs huppés qui vont être sanctionnés pour non respect de certains fondamentaux. »

Le Graët joue gros
« C’est un gestionnaire remarquable, c’est l’argentier de la FFF. Il est au courant de ce qui se passe dans le foot amateur. Il a 18 mois pour faire certaines choses. Il joue gros, parce que le délai est court. Les gens sont dans l’expectative. Ils attendent que les élus prennent leurs responsabilités. C’est comme pour l’élection présidentielle de 2012. »