RMC Sport

Barça: les troublantes révélations de la presse catalane sur le "Barçagate"

Le quotidien catalan Sport a révélé quelques conclusions de l'audit mené pour lever la lumière sur le "Barçagate". Les chiffres annoncés ne jouent pas en faveur du président Josep Bartomeu, très fragilisé par la démission de six dirigeants et certaines suspicions de corruption.

C’est un dossier explosif qui pourrait coûter cher au président du Barça, Josep Maria Bartomeu. Alors son club est en pleine crise, le patron du Barça doit composer avec la démission de six dirigeants. Tous dénoncent sa gestion et en particulier le "Barçagate." Un petit rappel des faits s’impose. Au mois de février, la radio Cadena Ser révèle que Josep Bartomeu et la direction catalane ont fait appel à une société de communication uruguayenne, I3 Ventures, afin de protéger l’image du patron catalan sur les réseaux sociaux en vue des prochaines élection en 2021. Problème, des faux comptes auraient aussi été créés dans le but discréditer ses opposants. Parmi les personnalités visées, des légendes du club, Lionel Messi, Gerard Piqué ou Xavi pour ne citer que les plus connues. Le Barça reconnaît avoir fait appel à cette société mais dément toute manoeuvre visant d’éventuels opposants.

Un coût largement au-dessus des prix du marché 

Le coût de l’opération selon la Cadena Ser, est d’un million d’euros. "Si nous avons payé un million d'euros, cela signifie que quelqu'un a pioché dans la caisse", lâche vendredi Emili Rousaud, vice-président démissionnaire, interviewé par la radio Rac1. Une petite bombe. Le Barça contre-attaque dans la foulée dans un communiqué: "Le FC Barcelone nie catégoriquement toute action qui pourrait être qualifiée de corruption, et se réserve donc le droit d'engager les actions judiciaires appropriées." Afin de lever la lumière sur ce "Barçagate", un audit est mené par PricewaterhouseCoopers. Il est toujours en cours mais le quotidien catalan Sport a pu se procurer quelques éléments du dossier.

Comme le laisse entendre Emili Rousaud, la facture de 980.000 euros payée à I3 Ventures est étonnamment très élevée. Sur le marché, les tarifs pour une telle opération vont de 120.000 à 150.000 euros. Autre point troublant, le fait que la direction catalane ait fait appel à une société uruguayenne, un pays où règne l’opacité bancaire. En Espagne, cette offre existe et est moins onéreuse. Enfin le Barça se serait arrangé pour verser la somme en cinq fois pour des montants de 198.000 euros. A partir de 200.000 euros, le club catalan aurait dû passer devant une commission de contrôle.

ABr