RMC Sport

Barça: la direction aurait payé une entreprise pour nuire à ses rivaux... et critiquer Messi

La presse espagnole révèle ce lundi un potentiel scandale de grande envergure au sein du FC Barcelone. La direction actuelle et Josep Bartomeu auraient ainsi fait appel à une entreprise pour s’en prendre, sur les réseaux sociaux, aux personnalités qui pourraient avoir un rôle à jouer dans les futures élections auprès des socios.

Alors qu'en France a éclaté l’affaire Griveaux-Pavlenski dans le cadre des élections municipales, le FC Barcelone pourrait bien avoir droit à son propre scandale médiatique. Et là encore, les réseaux sociaux et la politique tiennent une place de choix.

La radio Cadena Ser accuse ce lundi Josep Bartomeu et la direction catalane d’avoir utilisé les services d’une entreprise spécialisée dans la communication numérique pour saper toute personne pouvant influer sur la prochaine élection à la tête du club catalan en 2021. Dans le même temps, la société "I3 Ventures" aurait été chargée d’améliorer l’image du président du Barça sur les réseaux.

Une facture très salée, Messi, Guardiola et Piqué critiqués

A l’aide d’une centaine de faux comptes, de faux débats ou encore de montages parfois polémiques, la méthode employée pourrait déjà susciter une certaine indignation auprès des socios. Surtout que certains sujets abordés s’en prennent directement à des légendes ou à des joueurs actuels de l’équipe blaugrana.

Le retard pris par la prolongation de Lionel Messi, des problèmes avec sa compagne, les activités de Gerard Piqué dans le tennis, tout est bon pour tenter de réduire l’influence des joueurs catalans. Idem avec Pep Guardiola, Carles Puyol et même Xavi, pourtant présenté comme le futur entraîneur de l’équipe première. 

Derrière toute cette mise en scène, l’objectif est d’assurer la réélection de Josep Bartomeu face à son grand rival, Victor Font et aurait coûté un peu moins d’un million d’euros au Barça et divisé en six paiements.

Le club catalan a confirmé l’existence d’un contrat avec l’entreprise "I3 Ventures" mais affirme que son travail était uniquement la promotion de l’équipe via des messages positifs. "Le FC Barcelone nie de façon conséquente tout recours à des services liés à des messages publiés sur les réseaux sociaux ayant pour but de dénigrer n’importe quelle personne, institution ou organisation qui ait eu la moindre relation avec le club", a publié le club catalan. Suffisant pour éteindre le feu naissant?

Jean-Guy Lebreton