RMC Sport

Liga: Valladolid-Valence, capital dans la course à la Ligue des champions, aurait été truqué

Le journal El Mundo explique ce mardi avoir eu accès à des éléments prouvant que le match de la dernière journée de Liga entre Valladolid et Valence (0-2) a été truqué. Selon le quotidien, sept joueurs de Valladolid auraient été corrompus à l’initiative de leur capitaine Borja Fernandez. Et Valence en a indirectement bénéficié, puisque ce succès lui a permis de décrocher la quatrième place qualificative pour la Ligue des champions.

Ce pourrait être un véritable séisme dans le football espagnol. La semaine passée, on apprenait que Raul Bravo (38 ans), Borja Fernandez (38 ans) et Carlos Aranda (38 ans), ainsi que d’autres joueurs ou anciens joueurs professionnels, avaient été interpellés en Espagne car ils étaient soupçonnés d’avoir monté une organisation criminelle qui arrangeait des matches pour en tirer des bénéfices sur des paris sportifs.

Mais alors que les rencontres potentiellement arrangées semblaient concerner les divisions secondaires en 2016-2017 et 2017-2018, El Mundo révèle ce mardi qu’un match bien plus récent, et bien plus important, aurait également été truqué: le Valladolid-Valence (0-2) du 18 mai dernier, dans le cadre de la 38e et dernière journée de Liga.

Le sérieux journal espagnol explique avoir eu accès à l’enquête policière ainsi qu’à plusieurs enregistrements des suspects. Et les révélations sont stupéfiantes. Pour la faire simple, les têtes pensantes de cette affaire, Raul Bravo et Carlos Aranda, auraient payé des joueurs de Valladolid pour que Valence remporte non seulement la première période (il y avait 1-0 à la pause), mais aussi la deuxième. Ainsi, ils ont pu faire de gros paris sur la rencontre, et enregistrer d’énormes gains.

Sept joueurs de Valladolid impliqués, mais pas le président Ronaldo

Dans leur entreprise, Bravo et Aranda auraient été épaulés par Borja Fernandez, qui était le capitaine de Valladolid. Ce dernier aurait touché 50.000 euros, et se serait lui-même chargé de convaincre ses équipiers de lever le pied. D’après El Mundo, et les enquêteurs, Fernandez aurait organisé avant le match contre Valence une réunion avec plusieurs partenaires dans la maison de l’ailier Keko, pour s’accorder sur l’aspect "pratique" du trucage.

Dans une conversation téléphonique retranscrite, Aranda, sûr de son coup, aurait ainsi donné un conseil explicite à un ami. "Ecoute, mon frère. Valence va gagner la première mi-temps et la seconde. T’as compris? Ils vont marquer dans chaque période. Mais tu ne dois en parler à personne. Même pas à tes copains. A personne." Dans un autre échange intercepté par la police en date du 19 mai (le lendemain du match), l’ancien attaquant aurait glissé que "sept joueurs étaient impliqués". Bravo, de son côté, aurait changé à cette époque plusieurs fois de téléphone, et aurait utilisé des appareils cryptés.

Selon les premiers éléments, ni la direction de Valladolid, club appartenant au Brésilien Ronaldo, ni Valence, ne seraient impliqués. Mais le club "ché" a indirectement bénéficié de ce scandale, puisque sa victoire à Valladolid lui a permis de décrocher la quatrième place de Liga, la dernière qualificative pour la Ligue des champions, avec deux points d’avance sur Getafe.

CC