RMC Sport

Villarreal-Grenade: ça a chauffé entre Emery et Martinez

Une vive altercation verbale a opposé Unai Emery à son homologue Diego Martinez mercredi soir à la fin du match de Liga entre Villarreal et Grenade (2-2).

Ça avait pourtant commencé avec un chaleureux câlin… Mercredi soir, Unai Emery et Diego Martinez, respectivement entraîneurs de Villarreal et de Grenade, ont quitté la pelouse fâchés. Après un match nul 2-2 très tendu pour le compte de la 19eme journée de Liga, les deux techniciens ont eu une discussion volcanique en quittant le terrain.

Emery très, très chaud

Les images captées par la chaîne espagnole Movistar montrent l’ex-coach du PSG furieux, allant s’expliquer de façon très virulente devant celui qui était son adjoint au FC Séville. Le coach de Grenade fut même obligé de repousser son homologue basque après que ce dernier ait posé ses doigts sur ses épaules. Les échanges, très vifs, se sont poursuivis dans le tunnel. Au cœur de leur embrouille, les décisions arbitrales et notamment les deux penalties accordés au "Sous-marin jaune" en fin de rencontre dont un raté par Alcacer à la 90eme minute.

Martinez et Emery
Martinez et Emery © -
Martinez et Emery
Martinez et Emery © -

Martinez: "Le football est source de tension"

Si la tension était très forte au coup de sifflet final, elle était déjà retombée à l’heure des conférences de presse. Premier à se présenter face aux journalistes, Diego Martinez a minimiser l’altercation: "Le football est source de tension et ce qui se passe sur le terrain reste sur le terrain, a commenté le coach de Grenade. Selon moi, ce n’est pas important. On est tous les deux des compétiteurs, chacun défend son propre camp. Peut-être que les images ont amplifié ce qui s’est réellement passé et il n’est pas nécessaire d’y accorder plus d’importance que ça."

Martinez et Emery
Martinez et Emery © -

Emery: "Je lui ai dit qu’il était un bon entraîneur"

Pour Unai Emery aussi, l’épisode était rapidement clos: "Ce sont des événements liées au jeu. Le match est terminé. On est proche des places qualificatives, tout le monde veut gagner. On voulait tous les deux gagner." Relancé à plusieurs reprises sur sa prise de bec avec son ancien adjoint, l’entraîneur de Villarreal a conclu avec ironie: "Je lui ai dit qu’il était un bon entraîneur."

ABr