RMC Sport

Ligue 1: les rencontres plafonnées à 1.000 personnes

La ministre des sports, Roxana Maracineanu, a confirmé ce lundi que les événements sportifs seront confrontés à aux nouvelles mesures gouvernementales jusqu'au 15 avril, notamment l'interdiction de rassemblement en France au-delà de 1.000 personnes. Une décision forcément lourde de conséquences pour le sport français, au premier lieu duquel les clubs de Ligue 1.

Le sport français est confronté aux nouvelles mesures gouvernementales. Ce dimanche, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a annoncé l'interdiction en France des rassemblements de plus de 1.000 personnes jusqu'au 15 avril. Par voie de conséquence, les différents organisateurs devront s'adapter ces prochaines semaines comme l'a confirmé la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, dans une conférence de presse ce lundi.

En premier lieu, les clubs de Ligue 1 vont devoir faire face aux nouvelles restrictions. "La règle s'applique jusqu'au 15 avril, en concertation avec nos partenaires européens pour freiner la propagation du coronavirus, a annoncé Maracineanu ce lundi. Nous sommes dans un contexte exceptionnel et le monde sportif doit participer à cet effort collectif."

"Le huis clos peut devenir notre doctrine"

En clair, les affiches de Ligue 1, de Ligue 2 ou encore de l'équipe de France par exemple sont confrontées à cette nouvelle jauge. "Il faudra que les organisateurs s'adaptent aux nouvelles règles avec cette jauge de 1.000 personnes en comptant les participants ou en préférant les huis clos", a rappelé la ministre des sports. Aux clubs et organisateurs désormais d'opter pour une solution avec ces nouvelles dispositions.

Initialement, les rassemblements sportifs en France étaient jugés "au cas par cas", permettant à la Ligue 1 de continuer de jouer les tribunes pleines la majorité du temps. "Dans cette période, le huis clos peut devenir notre doctrine concernant les méthodes d'organisation, a lancé Roxana Maracineanu. Je préconise la continuité sportive, notamment pour les épreuves qualificatives des JO."

Les préfets auront le dernier mot 

Mais à l'image du match reporté de Ligue 1 entre Strasbourg et le Paris Saint-Germain, les autorités locales pourront aussi avoir le dernier mot. "Je rappelle que toutes ces décisions sont soumises aux décisions des préfets", a tenu à préciser la ministre des sports. La situation dans le Bas-Rhin samedi dernier, cluster déclaré, avait obligé le préfet à reporter l'affiche de Ligue 1 à une date ultérieure.

Une nouvelle réunion est prévue ce mardi entre tous les acteurs du sport professionnel en France, des clubs aux fédérations en passant par les diffuseurs télés. Mais à l'image de la rencontre mercredi de Ligue des champions du Paris Saint-Germain face à Dortmund (mercredi à 21h, sur RMC Sport) ce mercredi ou du Classique entre le PSG et l'Olympique de Marseille prévu le 22 mars prochain, les principaux rendez-vous sportifs en France devront se soumettre à ces nouvelles règles. 

GL avec Maureen Lehoux et Julien Richard