RMC Sport

Affaire Dalmat : le joueur et son épouse témoignent

-

- - -

Exclu RMC – Stéphane Dalmat, qui sera jugé le 27 mai au tribunal de grande instance de Paris notamment pour « violence conjugale », et sa compagne Zahida, ont donné leur version des faits survenus dans la nuit de lundi aux abords des Champs-Elysées.

« J’étais rentré sur Paris pour passer une petite soirée avec des amis et mon frère chez moi, a raconté le capitaine du FC Sochaux. A 1h du matin, on a décidé de terminer la soirée en boîte de nuit, comme un dimanche soir de weekend international. » Sur le coup de 5h40, le footballeur était interpellé en état d’ébriété, rue de Berry, non loin des Champs-Elysées, par la brigade anti criminalité (BAC). Son épouse Zahida, présente au moment des faits, est revenue sur les prétendues « violences conjugales » dont elle aurait été victime ce soir là : « Je suis scandalisée par ces rumeurs parce qu’en cinq ans de mariage, mon mari n’a jamais levé la main sur moi. On est sorti, Stéphane a voulu récupérer son portefeuille, il était 5h du matin, je lui ai dit ‘On rentre’, il était un petit peu énervé, ça arrive à tout les couples, mais il n’y a pas eu de violence. Quand la police est intervenue, j’étais à 10 mètres de lui avec son frère. Je suis choquée par ce qui est reproché à mon mari. » Et Dalmat de confirmer : « Je voulais récupérer mon portefeuille, elle s’y est opposée, on a eu des mots, elle est partie avec mon frère. »

Zahida a ensuite décrit l’intervention « musclée » de la police : « Quatre ou cinq voitures ont déboulé, ils ont sauté sur mon époux et son ami. Il a été matraqué sur les jambes, on l’a insulté. Quand j’ai demandé à un policier où on emmenait mon mari, on m’a répondu ‘Vous, vous fermez votre gueule’ et on m’a poussé sur un camion. On prétend que je suis une victime, mais est-ce qu’on traine une victime de cette manière ? » L’avocat du joueur Eric Johansen, également invité de RMC, a déploré l’absence d’assistance à personne en danger : « Si la police constate qu’un personne est victime de coups, elle doit inviter cette personne au commissariat pour déposer plainte, et non la laisser sur le trottoir. »

Le joueur a tenu à revenir sur ce qui, à ses yeux, est vraiment répréhensible dans son comportement : « La seule chose que l’on peut me reprocher c’est d’avoir été dans les rues de Paris, à 5h du matin, en train de consommer de l’alcool. Je comprends le club, ce n’est pas ce qu’on attend d’un professionnel, mais il y avait trêve internationale. J’ai vécu comme n’importe qui. Je présente mes excuses aux supporteurs de Sochaux, mais ça a été amplifié parce que je suis un joueur de football. La seule chose que j’ai envie de faire, c’est d’être exemplaire pour les matches qui nous restent à jouer, et sauver mon club », a finalement déclaré celui qui a remis son brassard de capitaine à Francis Gillot. Dalmat, qui a confirmé « avoir reçu beaucoup de coups de matraque sur les cuisses », et qu’il était « un peu en état de choc », s’est cependant dit vouloir être prêt dimanche pour la réception du Stade Rennais à Bonal.

NB : Stéphane Dalmat sera jugé le 27 mai devant la 10e chambre du TGI de Paris, soit 3 jours avant la réception de Grenoble à Sochaux, comptant pour la 38e et dernière journée de championnat... Le joueur risque jusqu'à 45 000 euros d'amende et 3 ans de prison ferme.

La rédaction - Christophe Couvrat -Luis Attaque