RMC Sport

Ancelotti comme Kombouaré

-

- - -

Un doublé de Nene et un but de Pastore ont offert à Carlo Ancelotti son premier succès en L1 à la tête du PSG ce samedi contre Toulouse. Sans être particulièrement brillants, les Parisiens se sont imposés 3-1 au Parc des Princes. Un score identique au match aller, sous les ordres d’un certain Antoine Kombouaré…

Comme le 28 août dernier lors du match aller, le PSG a battu Toulouse sur le score de 3-1. Sauf qu’au Parc des Princes hier, ce n’était pas Antoine Kombouaré sur le banc mais Carlo Ancelotti. Pour ses grands débuts en Ligue 1, le technicien italien n’a pas fait mieux que son prédécesseur. Il n’a pas fait pire non plus. Paolo Maldini, tout sourire, a même semble-t-il apprécié le spectacle. Présent au Parc aux côtés de Leonardo et Nasser Al-Khelaifi, le président du PSG, l’emblématique défenseur du Milan AC a assisté à la première victoire en L1 de son ancien coéquipier. Grâce à un doublé de Nene (38e, 68e) et un but de Pastore (56e), l’ex-boss de Chelsea n’a pas manqué son baptême du feu dans l’enceinte de la Porte de Saint-Cloud. « Je suis content de cette victoire, a réagi l'Italien. On débute le match en étant un peu timide mais après le but de Nene, on a très bien joué. Les joueurs ont bien travaillé cette semaine à l'entraînement. On devra encore travailler plus pour que le nouveau système devienne naturel. Cette première au Parc a été une réussite. Les supporters ont mis une belle ambiance. »

Si ce PSG n’a pas réalisé une grande prestation, ce succès lui permet de consolider sa place en tête du championnat. Derrière, Montpellier, vainqueur de Lyon (1-0), s’accroche à trois points. Les Gones, eux, pointent désormais à huit longueurs des Parisiens. Le titre s’envole…

Nene enflamme le Parc

Carlo Ancelotti avait réservé une surprise au coup d’envoi avec la non-titularisation de Gameiro. L’ex-Lorientais est remplacé en pointe par Pastore, épaulé par Nene et Menez. Mais l’attaque parisienne n’est pas encore bien huilée. Conséquence : face à une formation aussi compacte que Toulouse, le public du Parc assiste à une partie d’échecs loin d’être emballante. En dehors de deux tirs de Pastore (20e) et Menez (33e) bien boxés par Ahamada, les supporters n’ont que peu d’occasions de s’enflammer. Mais alors que le PSG accentue sa domination, un tir de Nene contré par Ninkov permet au PSG de rejoindre les vestiaires avec un avantage d’un but (1-0, 38e).
Beaucoup plus perméables après la pause, les Toulousains craquent devant les assauts parisiens. Après un excellent travail de Menez, Pastore, jusqu’à présent décevant, trompe du plat du pied Ahamada (2-0, 56e). Puis c’est au tour de Nene de faire à nouveau vibrer le Parc. Après avoir effacé Congré, le Brésilien trouve le chemin des filets pour la deuxième fois (3-0, 65e). Son 9e but de la saison en Ligue 1 lui permet de rejoindre Gameiro en tête des buteurs parisiens. Malgré la réduction du score signée Braaten (3-1, 88e), Paris débute les matches retour par une victoire. Pour Ancelotti, c’est l’essentiel.

Le titre de l'encadré ici

Nene, Mister doublé|||

Il ne manque plus que cinq réalisations à Nene pour égaler son record de buts inscrits en une saison (14, en 2009-10 et 2010-11). Ce samedi face à Toulouse (3-1), le Brésilien a porté son capital à neuf unités, inscrivant au passage son troisième doublé après ceux réalisés contre Caen (4-2), et Dijon (2-0). Il rejoint ainsi Gameiro, remplaçant samedi, en tête des meilleurs scoreurs parisiens. Au Parc des Princes, Nene a surtout été l’un des grands artisans de la première victoire d’Ancelotti avec le PSG. Le détonateur.
Alors que les Parisiens piétinent face au bloc toulousain, Nene, dans la surface de réparation, trompe Ahamada avec beaucoup de réussite, son tir étant dévié par Ninkov (38e). Son deuxième but personnel ne doit, en revanche, rien à personne. Excentré côté gauche, le Brésilien laisse sur place Congré avant de battre Ahamada de près (68e). Malgré beaucoup de déchet (27 ballons perdus, le plus mauvais total côté parisien), Nene a marqué des points auprès du technicien italien qui n’a pas hésité à se passer de Gameiro au coup d’envoi. « Quand il est entré, il a vendangé une action énorme, souligne Eric Di Meco. Gameiro va devoir marquer vite des buts, sinon cela va mal se passer avec Carlo Ancelotti. » Nene, au moins, n’a pas ce problème.