RMC Sport

Angers: des consignes pour ne pas parler de l’affaire Chabane

Le club d’Angers se retrouve dans l’œil du cyclone après la mise en examen de son président, Saïd Chabane, pour agressions sexuelles aggravées mercredi. Au lendemain de l’ouverture de cette procédure judiciaire, Stéphane Moulin a choisi de se concentrer sur le sportif tout en confirmant qu’il n’avait pas encore mesuré l’impact de cette affaire sur ses joueurs.

Auteur d’une bonne première partie de la saison en Ligue 1, Angers connaît une passe plus compliquée en terme de résultat avec quatre matchs consécutifs sans victoire en championnat. Mais le SCO se retrouve désormais comme la victime collatérale d’une affaire judiciaire impliquant son président. 

Moulin: "Pas eu le temps de mesurer" 

Au lendemain de la mise en examen de Saïd Chabane pour agressions sexuelles aggravées, le club angevin a vu la préparation du match contre Lille, ce vendredi (20h45) en ouverture de la 24e journée, être un peu bouleversée. Pourtant le sujet n’a pas que très peu été évoqué lors de la conférence de presse de Stéphane Moulin ce jeudi après l’intervention de l'attaché de presse du club et du directeur commercial et marketing pour signaler qu'il ne serait question que du sportif. 

"On a seulement vu le groupe mercredi matin, on n’a pas eu le temps de mesurer les choses, a martelé Stéphane Moulin face aux journalistes. On verra ce jeudi après-midi comment est le groupe physiquement et mentalement. On verra."

Moulin élude le sujet

Pour gérer la communication de crise, un cabinet externe a même été mandaté et Olivier Pickeu, qui devait prendre la parole après le coach, n’était finalement pas présent et l'attaché de presse du club a ensuite distribué un papier avec les coordonnées du cabinet de stratégie en communication de crise nommé Vae Solis "seul habilité à parler de l'affaire pour protéger le club et les joueurs".

Et plutôt que d’évoquer un sujet présent sur presque toutes les lèvres des journalistes, l’entraîneur angevin a essayé de revenir au terrain et au match à venir contre le Losc, quatrième du classement après sa belle victoire face à Rennes (1-0) en milieu de semaine. 

"C’est compliqué parce que l’on n’a pas beaucoup de temps pour préparer le match. Il y a aussi équipe de Lille qui marche très fort, c’est un gros adversaire et cela va être un match difficile, a-t-il lancé en éludant soigneusement les questions sur l’affaire judiciaire du président Chabane. Pour tout ce que vous avez envie d’évoquer, on a dit que l’on en parlerait pas donc je ne vais pas ouvrir le débat là-dessus. […] Je n’en sais rien, je ne peux pas répondre à votre question car je n’ai pas vu mes joueurs."

Jean-Guy Lebreton avec Xavier Grimault