RMC Sport

Anigo prêt à tourner la page OM… ou pas

José Anigo

José Anigo - -

Ce mercredi, José Anigo a lâché du bout des lèvres qu’il devrait quitter l’OM à la fin de la saison. Pour un break ou pour toujours ? Pour l’étranger ou entraîner ailleurs ? Les questions subsistent car même la piste… OM est envisagée !

Il y avait d’abord l’usure mentale et naturelle liée à une saison qui n’en finit plus d’être galère. Une lassitude qui a même failli provoquer sa démission après la défaite contre Rennes. Il y eut ensuite l’hostilité du stade Vélodrome à son égard, banderoles, sifflets et slogans (« Anigo démission ») à l’appui. Puis cette seconde salve de tags sur les murs du centre d’entraînement Louis-Dreyfus (après une première odieuse et immonde), qui cette fois-ci a visé plus généralement dirigeants et staff de l’OM. Et enfin, cette campagne de recrutement qui a pour but de lui trouver un successeur de renom, mais dont la cible (Marcelo Bielsa) n’est pas réputée pour partager les pouvoirs sportifs dans un club.

Au fil de ces dernières semaines, l'avenir de José Anigo à l'OM s'écrit clairement en pointillés. Et ce ne sont pas ses déclarations du jour en conférence de presse qui vont arranger les choses. Pour la première fois depuis qu’il a succédé à Elie Baup, l’ancien Minot a avoué qu’il s’était sûrement trompé dans son choix. « Est-ce que c’était le bon moment pour moi ? s’est-il interrogé. Je ne vais pas dire que j’ai fait une connerie. Mais est-ce que je le referais… Je l’ai fait uniquement pour le club, pour rendre service. J’ai pensé que c’était une bonne chose pour le club, et je me suis trompé. »

Tout simplement « être heureux

Anigo a surtout confié que seuls lui et sa famille savaient ce qu'il envisageait de faire à court terme, avec des mots forts donnant la sensation qu'il a envie, à la fin de de saison, de tourner la page OM. Ou d'au moins faire un long break. « Ma famille et mes proches savent ce que je veux faire, depuis longtemps. J'aime l'OM, c'est mon club. Est-ce que je serai là demain ? Je n'en sais rien. Je ne dis pas que je veux changer de vie. Mais les gens vous jugent et ont une image de moi qui est injuste. C'est cette forme d'ingratitude qui me pèse, qui fatigue et je me dis des fois, c'est bon, ça suffit. Est-ce que je suis encore heureux à l'OM ? Il faut plutôt me demander si je suis heureux dans ma vie. Des fois, c'est dur... L'OM n'est pas un endroit pour se ressourcer. »

Par le passé, Anigo a souvent eu des envies de départ. Mais quitter un poste de directeur sportif en CDI, qui plus est dans son club de coeur, avec des rémunérations très attrayantes (environ 60 000 €/mois) est une décision difficile à prendre. Et surtout, une décision que l’entraîneur phocéen veut prendre seul, sans qu'on le pousse vers la sortie. Mais aujourd’hui, l'argent, les critiques, les polémiques ne pèsent plus lourds dans l’esprit d’Anigo, qui les a mises au second plan pour faire de sa famille une priorité et pour « être heureux ».

Au Maroc, au Moyen-Orient ou… à l’OM ?

Partir loin de Marseille, à l'étranger, est une vraie possibilité pour Anigo. Son nom est parfois évoqué au Maroc, où l'équipe nationale se cherche un sélectionneur. Même une expérience dans un club du Moyen-Orient, où il se sent bien et où il prend parfois quelques vacances, est évoquée.

Enfin, serait-il prêt à rester à l’OM et à cohabiter avec un nouveau technicien s’il avait l’assurance que Marseille possède de nouveau dans un avenir proche une grande équipe digne de ce nom ? « C'est possible », a-t-il déclaré en toute fin de conférence de presse, entretenant un peu plus encore le flou autour de ses projets. L'avenir d'Anigo n'est donc pas écrit. Cela tombe bien, sa devise est désormais de vivre au jour le jour...

Le titre de l'encadré ici

|||Pour Labrune, un départ d’Anigo est hors-sujet
Vincent Labrune, le président de l'OM, est agacé que l'on se pose la question d'un départ programmé de José Anigo : « Il n'y a pas de sujet. Avec José, on parle de beaucoup de choses, mais pas de son départ, vous pouvez me croire. José Anigo a une capacité à se reconstruire dans le combat qui est surprenante et on a besoin de lui. » Même son de cloche chez un membre du staff de l'OM, qui ne voit pas Anigo quitter Marseille. « Souvent, on éprouve une véritable usure physique et psychologique, et après la trêve estivale et les vacances, on rebondit, car on a le football et l'OM dans le sang... »

Florent GERMAIN et à Marseille