RMC Sport

Antoine Veyrat : « On pouvait jouer mercredi »

Le directeur général émet quelques doutes sur la réelle volonté du PSG de jouer dimanche, égratigne la LFP et estime qu’il était possible de disputer la rencontre dès mercredi.

Avec un peu plus de recul, quel est votre sentiment sur ce qui s’est passé dimanche ?
On est en colère contre ceux qui ont pris la décision de reporter le match. On va essayer de ne pas rentrer dans les polémiques qui pourraient nuire au football. Mais on est frustré. L’OM et la ville de Marseille ont le sentiment d’avoir été victimes dans ce système et de ne pas avoir été beaucoup écouté alors qu’on savait qu’une décision prise au dernier moment aurait des conséquences. Il faudra éviter que ca se reproduise à l’avenir.

Y a-t-il eu suffisamment de dialogue entre toutes les parties ?
Il y a eu beaucoup d’échanges entre Jean-Claude Dassier, Robin Leproux et la LFP. Le point qu’on n’arrive pas à comprendre est : Que s’est-il passé entre samedi et dimanche. On avait deux cas confirmés et une suspicion concernant Jérémy Clément. Et le lendemain, on avait toujours deux cas, plus la confirmation de Clément. La situation reste la même et on arrive à une décision qui passe du blanc au noir.

En voulez-vous au PSG d’avoir emmené Jérémy Clément à Marseille ?
Ce n’est pas que Clément descende qui me dérange vraiment parce qu’il est venu pour jouer et qu’il n’était plus contagieux. Mais pourquoi faire des pieds et des mains pour trouver de nouveaux éléments du samedi et dimanche ? Et pourquoi ça a tout changé ?

Le président de la LFP considère que les incidents se seraient également produits si le match s’était joué. Est-ce également votre avis ?
Non, ce n’est pas la réalité de ce qu’on a observé à Marseille. L’atmosphère a changé entre 14h et 16h. On a vu montrer cette pression. Dire qu’il n’y a pas de lien entre le report et les violences, ce n’est pas ce qu’on a observé sur le terrain.

Avez-vous une date en tête pour jouer la rencontre ?
C’est très difficile de trouver une date. Des échanges ont lieu entre directeurs sportifs, présidents et entraîneurs. Mercredi nous paraissait bien, ou en tout cas le mieux pour nous. On peut comprendre que ce n’était pas très bon au niveau de l’équité sportive. Mais ce match a-t-il été reporté pour l’équité sportive ou la pandémie de grippe. Si c’est la grippe, on pouvait jouer mercredi. Des petites choses nous étonnent encore.

La rédaction-Luis Attaque