RMC Sport

Arles-Avignon en plein mistral

Loïc Abenzoar ici lors du match à Paris (4-1)

Loïc Abenzoar ici lors du match à Paris (4-1) - -

A l’issue d’une semaine tumultueuse, Arles-Avignon, lanterne rouge du championnat, aborde le derby provençal contre l’OM ce samedi (21h) sans son entraîneur emblématique Michel Estevan, limogé jeudi.

Ce samedi (21h) au Parc des sports d’Avignon, le tandem Saez-Ferhaoui officiera pour la première fois sur le banc de touche du promu provençal. Face à l’OM, le « grand frère », l’ancien entraîneur de la réserve et l’ex-joueur de Montpellier, proche du président Salerno, tenteront de débloquer un compteur point toujours bloqué à zéro. Mais l’avenir du duo aux commandes du club arlésien reste très incertain. La lanterne rouge de L1 reste en quête d’un entraîneur après le limogeage spectaculaire de Michel Estevan.

Depuis mercredi soir, Laurent Banide avait une proposition de l’ACA. Après avoir pris conseil auprès de ses proches et notamment de son père, Gérard, l’ancien entraîneur de Monaco a finalement décliné l’offre du club provençal. Du coup, le président Marcel Salerno s’active toujours en coulisse pour trouver un successeur à celui qui a fait passer Arles de la CFA 2 à l’élite en cinq ans. Vendredi, l'ancien entraîneur de Bastia, Faruk Hadzibegic, a été relancé. Problème : comme beaucoup d’autres sondés, il n’est pas chaud pour venir.

Di Meco : « Je me fais beaucoup de soucis pour l’ACA »

Si l’ambiance au sein du groupe reste bonne, les joueurs entretenant d’excellents rapports avec Jean-Louis Saez, la préparation du match face à l’OM est loin d’être idéale : « Je ne sais pas si le choc psychologique va marcher, lance Eric Di Meco, l’ancien arrière gauche de l’OM né à …. Avignon. En tout cas je me fais beaucoup de soucis pour ce club et je souffre. C’est une formation qui est montée avec le cœur. Il y avait un entraîneur atypique, passionné avec des vraies valeurs. Si cette équipe devait descendre, elle peut dégringoler aussi vite qu’elle est montée en L1. » Dans ce contexte délétère, la venue des Marseillais arrive au pire moment. A moins que…