RMC Sport

ASSE-Monaco : Les Verts peuvent rêver grand

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Vainqueur de Monaco (2-0), Saint-Etienne prend provisoirement la troisième place et s’avance de plus en plus comme un candidat très crédible au podium en fin de saison. L’ASM voit peut-être ses derniers rêves de titre s’envoler.

Saint-Etienne avait déjà le droit de rêver. Il a encore grandi. Quatrièmes avant le coup d’envoi, ce samedi après-midi, les Verts pouvaient légitimement se considérer comme des candidats à la troisième place en fin d’exercice. Un choc face à Monaco à Geoffroy-Guichard plus tard, les hommes de Christophe Galtier n’ont pas perdu ce statut. Avec leur courte mais précieuse victoire (1-0), ils l’ont même renforcé. A onze matches de la fin de leur saison, Saint-Etienne grimpe sur le podium – deux points devant Lille en attendant le match du LOSC à Ajaccio dimanche (14h) et cinq longueurs devant Marseille avant le classique – et se trouve devant un chemin qui pourrait bien le mener aux tours préliminaires de la Ligue des champions, véritable retour vers le passé pour un club nostalgique de l’épopée de 1976 en C1.

Au programme de cette équipe qui reste sur 7 victoires et 3 nuls sur ses 11 derniers matches de championnat ? Des déplacements à Paris (29e journée) et à Lyon (31e). Avec les réceptions de Sochaux, Nice, Rennes, Montpellier et Ajaccio, mais aussi des voyages à Lorient, Reims, Evian et Nantes, le destin semble dessiner un calendrier favorable au rush final vert. Cela ne veut rien dire. Mais ça confirme un peu plus son droit de rêver. Pour le faire vivre avec plus de vigueur, les Stéphanois devaient renverser un obstacle difficile à bouger à l’extérieur : Monaco, qui n’avait chuté qu’à une seule reprise loin de ses terres (à Lille). Ils ont su le faire avec style.

La demi-volée géniale de Lemoine

Pour la note artistique, le mérite revient à un certain Fabien Lemoine. Le milieu de terrain vert a fait dans l’exceptionnel pour son deuxième but de la saison en championnat : une demi-volée fabuleuse du droit depuis l’extérieur de la surface envoyée dans la lucarne de Subasic (1-0, 17e). Et le show Lemoine, qui a failli doubler la mise avant la mi-temps (41e), allait même se poursuivre de l’autre côté du terrain. Sur une folle séquence monégasque, avec trois grosses occasions en moins de deux minutes, un Lemoine seul sur la ligne repoussait la tentative d’Isimat-Mirin qui avait réussi à tromper Ruffier (40e). Après un début de match engagé mais pauvre en occasions, les débats s’emballaient enfin. Mais l’ASM, spécialiste d’arracher des bons résultats dans des rencontres mal engagées, ne voyait pas le vent tourner en sa faveur. Si les Verts se recroquevillaient plus dans leur camp au retour des vestiaires, un feu allumé par Romain Hamouma allait éteindre les espoirs des hommes de Claudio Ranieri.

Parti de sa moitié de terrain, le Stéphanois traversait une défense apathique avant d’adresser une puissante frappe du gauche des 25 mètres. Bien joué mais pas de réel danger, pensait-on. Tout faux. Car la terrible faute de main de Subasic envoyait le cuir dans les filets (2-0, 66e). La suite ? Beaucoup de flottement, des Monégasques qui n’y croient plus vraiment et inefficaces, sans oublier un Sall à deux doigts d’alourdir la note avec une frappe sur la transversale (80e). Saint-Etienne peut toujours rêver de podium, donc. Pour l’ASM, qui était la dernière équipe de Ligue 1 invaincue en 2014 toutes compétitions confondues, le bilan s’esquisse très négatif. Si le PSG bat l’OM dimanche soir (21h), le leader reléguera Monaco à huit longueurs et la messe pour le titre semblera dite. Le duo offensif aligné, Germain-Martial, a cruellement rappelé que l’absence d’un talent comme Falcao reste tout sauf anodine. Même le coaching de Ranieri, souvent payant, n’a pas fait la différence. Un bon coup de froid dans le Chaudron, quoi.

A lire aussi :

>> Saint-Etienne : douze étapes pour un rêve

>> Monaco : le torchon brûle toujours autant entre la LFP et les clubs frondeurs

>> Ligue 1 : ce qu'il faut retenir de la 27e journée

Alexandre Herbinet