RMC Sport

Bagarre entre supporters de l’OL et de l’OM : deux versions, une honte

Un bus des South Winners, des supporters de l'OM, après les affrontements avec les supporters de l'OL

Un bus des South Winners, des supporters de l'OM, après les affrontements avec les supporters de l'OL - -

Un affrontement entre des supporters de l’OL et de l’OM a fait une quinzaine de blessés, dont un sérieux, ce samedi après-midi au péage de Bollène (Vaucluse) sur l’autoroute A7. La violence salit encore l’image du foot français.

Le Trocadéro, au cœur de la capitale, lundi. Le péage de Bollène, dans le Vaucluse, samedi. En une semaine, le foot français a connu deux évènements violents liés à des supporters de ses clubs, unis par le même penchant destructeur pour l’image de la Ligue 1, qu’ils portent autour du cou une écharpe du PSG, de l’OL ou de l’OM. Après les casseurs de Paris, les hooligans de Marseille et de Lyon. En milieu d’après-midi ce samedi, un affrontement entre des South Winners et des Bad Gones au niveau du péage de Bollène, sur l’autoroute A7, a fait une quinzaine de blessés.

« Des bus conduisant 100 à 150 supporters de Lyon qui se dirigeaient vers Nice ont fait demi-tour à la hauteur du péage autoroutier de Bollène, au moment où ils ont appris le report du match Nice-OL, explique le sous-préfet du Vaucluse André Carava. A cet endroit, ils ont rencontré de manière tout à fait fortuite un bus et un minibus conduisant 80 supporters de l’OM à Saint-Etienne. Sans que l’on sache véritablement la raison, un bon nombre de supporters de deux équipes en sont venus aux mains. » Les versions différèrent.

Les Marseillais ont très vite dénoncé l’intention des Lyonnais d’en découdre. « Ça me fait penser à un guet-apens », réagit Rachid Zeroual, responsable des South Winners. « C’était très organisé, poursuit Nabil, le chauffeur du bus marseillais. Ils avaient des barres de fer, des bouteilles à la main. Ils étaient déjà prêts. Il y avait un car de Lyonnais à ma hauteur et un autre, derrière. Ils sont tous descendus. Notre car a été très rapidement endommagé. Ils ont arraché les essuie-glaces, cassé les vitres latérales. Après, les Marseillais sont sortis eux aussi. Ils ont déverrouillé les portes pour essayer de se défendre. »

Un minibus marseillais aurait volontairement percuté des Lyonnais

« Il n’y a pas eu de guet-apens, de bagarre organisée. Ce n’est pas vrai, répond un Lyonnais, Yohan, présent sur les lieux. C’est vraiment une rencontre fortuite. Dans la file d’attente du péage, notre bus a été doublé par un bus de supporters marseillais. Tout le monde a tapé sur les vitres, des deux côtés. On a pu voir que les Marseillais avaient des lames, des espèces de couteaux. On a passé le péage. Tout le monde est descendu et il y a eu une bagarre. » Puis un grave incident, quand un véhicule a heurté des supporters lyonnais au moment de quitter la zone de l’affrontement.

« Les supporters marseillais ont pris la fuite, lance ce membre des Bad Gones. Ils n’ont pas hésité à percuter délibérément des supporters lyonnais. Le mec leur a foncé dedans ! C’était du bowling ! Il y en a un qui s’est fait rouler dessus par la roue du minibus. Il a les deux genoux éclatés… » Les nouvelles étaient plus rassurantes dans la soirée. Le supporter, touché aux rotules, devait quitter l'hôpital assez vite. Le sous-préfet, lui, veut faire preuve de prudence. « On ne sait pas si c’est par un bus ou un véhicule qui se trouvait à cet endroit au mauvais moment » explique André Carava. L’enquête fera la lumière sur les responsabilités. Frédéric Thiriez, le président de la LFP, réfléchit déjà pour sa part à des sanctions. Une partie du foot français est décidément bien malade.

A lire aussi :

- L’OL « dénonce les graves incidents »

- 16 blessés selon le ministre de l’Intérieur

- Valls renforce la sécurité

LP avec JS