RMC Sport

Bastia-Lyon : L’OL rugit à Furiani

Bafétimbi Gomis

Bafétimbi Gomis - -

Inquiétant, voire totalement hors du coup en première période, l’Olympique Lyonnais s’est bien repris pour renouer avec la victoire, dimanche à Bastia (3-1). Les Corses subissent leur première défaite à domicile depuis avril dernier.

Dans la tourmente et les nombreux soubresauts d’une équipe, mieux vaut pouvoir compter sur un capitaine d’envergure pour orienter le bateau. Navigant actuellement dans des eaux troubles (deux nuls et une défaite lors des trois derniers matches), l’entraîneur lyonnais Rémi Garde tient bon. Et sa sortie médiatique avant le déplacement à Bastia, ce dimanche, où il martelait que ses joueurs n’avaient « pas le droit de ne plus avoir d’ambition », a visiblement eu l’effet escompté. Bousculé, parfois même en dessous techniquement en première période, l’OL s’est relancé en s’imposant à Furiani (1-3). Une forteresse jusque-là imprenable cette saison en Ligue 1 et où le dernier succès rhodanien remontait à août 2001. Même si leur jeu reste encore largement perfectible, les Gones ont fait preuve de caractère et de solidarité. Des vertus que l’on croyait peut-être oubliées ces temps-ci du côté du Rhône. 

L’entraîneur lyonnais a pourtant longtemps cru que ses joueurs n’étaient plus animés de cette « ambition » nécessaire. Sans Gomis, Bisevac et Gourcuff, laissés sur le banc, l’OL a manqué de maîtrise collective et fait preuve de fébrilité, à l’image de cette percée de l’ancien Marseillais Raspentino dans le dos de la défense (10e) et de la mauvaise relance de Koné dont a bien failli profiter Krasic (21e). Ce sont justement les largesses défensives rhodaniennes qui vont offrir à Raspentino, buteur à la réception d’un centre de Palmieri, l’ouverture du score (34e). 

Révolte en seconde période

Décontenancés par ce but, les Lyonnais ont erré sur le terrain jusqu’à la pause. L’inverse des Bastiais, entreprenants mais pas assez tranchants dans les derniers mètres. Puis vint la seconde période. Quarante-cinq minutes où les hommes de Garde ont affiché un visage nettement plus séduisant. Des hommes ambitieux, même. Et, aussi, bien aidés par l’équipe de Frédéric Hantz, démarrant sur un tout autre ton au retour des vestiaires. En deux minutes, les Gones ont montré de l’orgueil pour passer devant au score. Lacazette a d’abord profité des approximations défensives de Squillaci et Cioni pour égaliser (54e). Avant que le jeune Benzia, à la suite d’un centre astucieux de Grenier, ne permette aux siens de prendre l’avantage (56e).

Alors plus serein, l’OL s’est appliqué à maintenir sa domination pour, à cinq minutes du terme, plier la rencontre par l’intermédiaire de Gomis (85e), entré en jeu une dizaine de minutes plus tôt. Provisoirement à douze points du troisième, Monaco, et à six longueurs du Top 5, l’Olympique Lyonnais se remet la tête à l’endroit après trois dernières rencontres compliquées. Ce succès arrive au moment opportun puisque les Gones recevront l’OM le week-end prochain. Fin de série, en revanche, côté corse. Le Sporting, qui était invaincu depuis le 21 avril à domicile, revient sur terre.

Lire aussi : >> Ligue 1 : Ce qu'il faut retenir de la 17e journée
>> L'actualité de la Ligue 1
>> Le classement de la Ligue 1

Romain Duchâteau