RMC Sport

Baup : « Paris sera champion »

Elie Baup

Elie Baup - -

Invité de Luis Attaque, l’entraineur de Marseille ne se fait guère d’illusions quant à l’issue du championnat de France de L1. Selon Elie Baup, le titre est d’ores et déjà plié. A six journées de la fin de la saison en cours, comme pour les années à venir.

Malgré un bon point pris face à Lille, l’OM manque de fluidité, non ?

Dans un match comme celui-ci, on savait que si on jouait un peu trop haut, Lille allait nous placer une des leurs attaques rapides quand ils récupèrent le ballon. Ils se projettent rapidement devant et vont très vite avec Payet et Kalou. Le LOSC a montré tout son potentiel offensif, c’est une évidence, mais nous avons bien résisté. Nous avons été peut-être un peu trop prudents et on n’a pas toujours su trouver dans le jeu vers l’avant des appuis ou des solutions offensives.

Ce qui vous sauve, c’est Steve Mandanda, incroyable dernier rempart…

Oui, je suis content parce qu’il est passé par des moments où il était injustement critiqué à mes yeux. C’est un joueur extraordinaire dans le sens où il est toujours égal à lui-même. La performance hier est exceptionnelle en tant qu’homme et en tant que capitaine. Je suis heureux pour lui et pour l’équipe. On prend peu de buts et c’est notre marque de fabrique depuis quatre ou cinq matchs.

Marseille est actuellement en pleine confiance, non ?

Nous sommes plus équilibrés, certes. L’aspect défensif dans le sprint final et la solidité défensive qu’une équipe dégage sont des éléments importants pour l’adversaire. L’équipe en face sait que ce sera difficile de contourner notre bloc équipe et notre gardien. C’est important mentalement pour la suite. Ce n’est pas évident de battre des équipes qui jouent pour le maintien ou d’autres qui sont dans le ventre mou et qui n’ont rien à perdre. Il faut que l’on force notre volonté pour battre ces équipes.

Consultant l’an dernier, entraineur maintenant : comment vivez-vous cette saison ?

Oui, parfois des critiques ne correspondent pas à ce que l’on vit de l’intérieur. On a solutionné la plupart de nos problèmes et on nous décrit comme une équipe qui ne joue pas du tout. Si on regarde le nombre de passes dans le camp adverse, la possession et les tirs que l’on a, nous sommes dans les 5 premières équipes du championnat. Certaines critiques sont erronées. Après, je ne m’occupe pas trop des critiques. Je suis un entraineur heureux de l’ambiance au club, de la vie au club autour de José Anigo et de Vincent Labrune, de tous les gens qui y travaillent et surtout de ce groupe de joueurs.

La saison prochaine, assisterons-nous à un chassé-croisé Barton qui part-Aliadière qui arrive ... ?

Tous les clubs travaillent, nous aussi. Cela reste en interne. C’est une évidence que l’on se projette sur les transferts. Tout le monde discute mais pour l’instant, c’est de la cuisine interne. Pour le moment, Barton est prêté et il appartient à QPR donc nous verrons à la fin ce qui se passera. Il a le métier pour ne pas perdre les ballons dans la relance et la récupération. Il est attachant et son comportement interne ne correspond pas à son image extérieure. Pour Aliadière, nous avons déjà Gignac qui est une bonne solution, Jordan Ayew progresse et c’est très bien comme cela.

Paris sera-t-il champion et Marseille bataillera-t-il pour l’une des trois places suivantes ?

Il faut y aller mollo, hein. Au départ, on jouait les 5 premières places. Après, on a fini à la trêve dans les 3 premiers. Maintenant, nous sommes deuxièmes et on se bagarre sur le podium. Le titre depuis le début, je pense qu’il est destiné à Paris. Je considère que le favori, c’est Paris et que Paris sera logiquement champion de France cette année mais pas seulement. Durant les prochaines années, Paris sera champion et on luttera pour la deuxième place, ce qui est un bien et un mal pour notre championnat.

A lire aussi :

- L'équipe type de RMC Sport

- Le Carnet de notes de Jean-Michel Larqué

- EN VIDEO : Réactions des protagonistes de la 32è journée