RMC Sport

Ben Arfa, le sens des affaires et des embrouilles

Avec Ben Arfa, il se passe toujours quelque chose !

Avec Ben Arfa, il se passe toujours quelque chose ! - AFP

Avec Hatem Ben Arfa, il se passe toujours quelque chose. A 27 ans, et alors qu’il souhaite relancer sa carrière à l’OGC Nice, l’ancien Lyonnais se trouve dans une impasse. Un épisode de plus dans un parcours sportif déroutant constellé d’affaires, de dérapages, de frasques, de clashes et autres boulettes en tous genres.

Il tient tête à Aulas

Mai 2006. Alors en vacances loin de Lyon, Ben Arfa prend connaissance des propos que Jean-Michel Aulas vient de tenir à son égard, notamment sur son manque de travail et d’implication. Sans se dégonfler et alors que l’OL est son club formateur, il balance, du haut de ses 19 ans : « Si le club veut discuter avec moi, qu'il le fasse en tête à tête ». Un bras de fer s’engage que seul que la Ligue parviendra à dénouer, afin qu’il puisse rejoindre l’OM en 2008.

Il oublie un chèque de 90 000 € dans son casier

Eté 2008. Ben Arfa quitte Lyon pour Marseille. Peu après son départ, l’intendant de l’OL vide son casier et surprise, il tombe sur… un chèque de prime de match de 90 000 € oublié par l’attaquant ! Le (très) précieux bout de papier était noyé au milieu de courriers, affaires de foot et autres vêtements.

Il refuse d’obéir à Gerets…

Parce que HBA est hors de forme, Eric Gerets décide de le reléguer sur le banc des remplaçants, fin 2008. Mais quand vient l’heure du choc entre l’OM et le PSG, Ben Arfa sent la moutarde lui monter au nez. Un clasico, ça se dispute d’entrée… ou pas. Une vision des choses jusqu’au-boutiste qui le pousse à refuser d’entrer en jeu en octobre (2-4). Grand seigneur, Gerets ne lui en tiendra pas (trop) rigueur.

… et se chauffe avec un paquet de joueurs

A l’OM, Ben Arfa ne se fait que des amis. Au cours de ses années phocéennes, il connaitra des problèmes relationnels avec Djibril Cissé, Modeste M’Bami, Benoît Cheyrou ou encore Karim Ziani. Ailleurs, il aura des prises de bec avec Thierry Henry et Juninho.

Il insulte Deschamps à l’OM

Plus d’un an après son arrivée à l’OM, Hatem Ben Arfa se clashe avec Didier Deschamps en novembre 2009. Pas d’accord avec l’actuel sélectionneur des Bleus, l’ancien Lyonnais s’embrouille avec lui et lui balance les yeux dans les yeux : « Tu me casses les couilles ». Un crime de lèse-majesté vis-à-vis du monument du foot français que représente DD, avec qui le courant n’est jamais passé.

Il se clashe avec Dassier

En cet été 2010, Ben Arfa boude comme un gamin à La Commanderie, et ça se voit. Pire, il fait la grève de l’entraînement tant qu’il sera considéré comme un « bouche-trou » et non un titulaire indiscutable, et envisage même clairement de mettre les voiles pour Newcastle. « Je ne suis pas un paquet de lessive ni de la merde » s’insurge-t-il dans la presse. Dans le bureau de son président de l’époque, Jean-Claude Dassier, il se montre nettement moins diplomate. Son explication durera moins d’une minute, le temps de balancer quelques objets dans le bureau du big boss !

Il téléphone devant Blanc dans les vestiaires

Euro 2012. La France vient de s’incliner piteusement face à la Suède (0-2). Alors que Laurent Blanc fait son traditionnel debrief d’après-match dans les vestiaires, HBA ne trouve rien de mieux à faire que de se saisir de son smartphone et de passer un coup de fil ! Sorti à la 59e minute, il lance alors à Blanc qui l’interpelle : « Pourtant, il y avait plus nul que moi ! ». Avant que la discussion ne s’emballe et que le ton monte entre les deux hommes.

Il habille Pardew pour l’hiver

Cantonné à un rôle de joker de luxe à Newcastle et alors que ses relations ne cessent de se dégrader avec son coach, HBA dégoupille en avril 2014. A l’issue d’une lourde défaite face à Manchester United (0-4), le Frenchie pète les plombs dans les vestiaires et insulte copieusement Alan Pardew. Mais aussi certains joueurs cadres du club anglais. Le début de la fin entre les Magpies et la forte tête.

GM