RMC Sport

Blanc : « Un aperçu de ce qui nous attend »

Laurent Blanc

Laurent Blanc - -

Pour Laurent Blanc, le scénario du match face à Bordeaux (2-1), samedi au Trophée des Champions, a été un échantillon de ce que le PSG rencontrera cette saison en Ligue 1. Avec des équipes motivées et un public qui soutient le « petit ».

Laurent, comment analysez-vous le succès poussif de votre équipe ?

Si on analyse le match, il faut le faire en deux temps. En première mi-temps, Bordeaux nous a, certes, bousculé mais Paris a eu les occasions d’ouvrir le score. On ne l’a pas fait. Deux ou trois parades de Cédric Carrasso ont permis à Bordeaux de rester à 0-0. Petit à petit, cette équipe bordelaise a pris confiance puis a marqué un joli but avec beaucoup de passivité défensive du côté de Paris. Elle a défendu crânement sa chance. A la mi-temps, le discours dans le vestiaire a permis de rééquilibrer un peu l’équipe. On a changé les choses tactiquement. L’entrée de trois joueurs à 20 minutes de la fin a permis d’apporter un peu plus de rapidité et de profondeur à l’équipe. On a su revenir au score et croire en nos chances. Quand on a eu le coup-franc dans le temps additionnel, beaucoup de joueurs du PSG se sont dit qu’ils allaient gagner ce match et c’est ce qu’il s’est passé.

Retenez-vous principalement la réaction de vos joueurs ?

Pas seulement mais on retient le côté positif sans occulter le négatif qu’il y a eu dans ce match. L’objectif était de gagner. Quand on joue un trophée, il faut le gagner et l’objectif a été rempli. On a eu un aperçu de ce qui nous attend cette saison parce que les équipes vont être hyper motivées contre le PSG et c’est normal. Il faudra faire face et être meilleur techniquement pour mettre en difficulté l’adversaire et ouvrir le score. Quand une équipe comme Bordeaux, qui défend bien, ouvre le score, ça la motive encore plus et ça devient délicat de revenir et de gagner le match. Il y a plein d’enseignements à tirer de ce match.

Pour votre premier match officiel, vous remportez un trophée avec, en prime, un coaching gagnant. Êtes-vous satisfait ?

J’ai dit aux joueurs qu’on avait la chance, sur un match, de gagner un trophée. C’est rare. Les joueurs en étaient conscients et l’état d’esprit était bon. Il y a aussi le fait que la préparation a été usante et pesante. Les organismes de certains joueurs sont en train de digérer cette préparation et ils n’étaient pas dans les meilleures dispositions. Il faut rendre hommage à Bordeaux qui a bien joué sa chance avec de jeunes joueurs. Le déficit de taille sur les coups de pied arrêtés a été préjudiciable pour eux puisqu’on marque sur coup-franc. A ce niveau, on était beaucoup plus forts.

« J’espère qu’il y aura d’autres titres »

Mais êtes-vous heureux personnellement ?

Oui, comme les joueurs, je suis heureux de gagner un trophée. C’est la troisième fois que je le gagne (après les deux remportés avec Bordeaux). Le gagner avec le PSG, ça me fait plaisir et j’espère qu’il y en aura d’autres. Mais ça va être difficile, on l’a vu ce soir. Quand le PSG entre sur le terrain, le match n’est pas gagné d’avance. Il faut être meilleur que l’adversaire et ce soir, ça n’a pas toujours été le cas.

Qu’avez-vous pensé du public gabonais qui a majoritairement supporté le PSG ?

Le public était majoritairement parisien mais a pris fait et cause pour Bordeaux dans les 30 premières minutes. C’est assez francophone. En France, c’est pareil, on soutient toujours le plus petit. Il faut aussi s’attendre à ça dans le championnat de France. Beaucoup de gens soutiendront les équipes qui joueront contre Paris. C’est la loi d’une équipe soi-disant plus forte. Il faudra faire face à ça. Mais l’ambiance était très bonne. Les gens ont vu un beau match, ouvert puisqu’il y avait beaucoup de déséquilibres sur le terrain. Il y avait une attaque-défense. Ça ne m’a pas trop plu parce que l’équilibre de Paris était malmené mais ça a créé des occasions. C’est ce que veulent voir les spectateurs.

Votre coaching gagnant a été symbolisé par l’entrée de Hervin Ongenda. Que pensez-vous de lui ?

Hervin Ongenda, c’est un très bon joueur. Techniquement, il est au-dessus de la moyenne, il sent bien le jeu et se déplace très bien. Devant le but, il est aussi adroit. Ça fait beaucoup de qualités. Il est encore très jeune. Kingsley Coman est aussi très intéressant. C’est un petit clin d’œil parce que je pense que les gens ne connaissaient pas ces joueurs. Ça prouve que le PSG n’est pas qu’un club de joueurs confirmés et de stars. Il y a quelques jeunes qui sont là. Ce soir, ils ont amené ce qu’on attendait d’eux.

A lire aussi :

Ibrahimovic : « Nous sommes très forts »

Obraniak : « Le bâton pour se faire battre »

Gillot : « Deux ballons qu’on ne doit pas perdre »

Propos recueillis par Loïc Briley à Libreville