RMC Sport

Bordeaux, c’est encore mieux l’après-midi

Henri Saivet

Henri Saivet - -

A l’occasion de leur déplacement à Marseille, les Girondins de Bordeaux disputeront leur neuvième rencontre de Ligue 1 de la saison le dimanche à 14h. Un horaire inhabituel auquel ils s’accommodent de mieux en mieux.

« Je crois que la Ligue aime bien nous voir jouer lors du repas de famille. » Grégory Sertic commence à s’habituer à jouer le dimanche à 14h. Si le milieu de terrain bordelais ne sera pas à Marseille pour la 19e journée du championnat (il est au repos suite à une crise de tachycardie à Valenciennes), son club y disputera son neuvième match de la saison à l’heure du gigot familial, soit quasiment un match sur deux. Programmé ce jour-là en raison de la Ligue Europa, disputée le jeudi, le rendez-vous dominical a longtemps porté malheur aux joueurs de Francis Gillot.

Ainsi, la saison dernière (première saison où cet horaire a été mis en place par la LFP), les Girondins n’ont pas gagné une seule des sept rencontres disputée à 14h (5 nuls, 2 défaites). « On faisait un peu trop la sieste, sourit Sertic. Cette année, ça va un peu mieux. »Le début de saison fut pourtant dans la droite lignée de la saison passée avec une défaite à Saint-Etienne (2-1) et un nul à Lorient (3-3). Mais comme l’affirme Francis Gillot, « on s’habitue à tout et on peut gagner à toute heure. » Bordeaux a donc attendu son 10e match pour glaner ses trois premiers points à 14h (2-0 contre Montpellier). Et, depuis, les Girondins ont remporté quatre de leurs cinq derniers matches à cet horaire.

Poulet-pâtes à... 10h30 !

Les Bordelais prendraient-il goût à ces journées pas comme les autres ? Au vert, à leur hôtel, ils ont droit à une promenade vers 10h avant de déjeuner une demi-heure plus tard. « Au début, c’est compliqué mais maintenant, je le dévore le poulet », rigole Sertic. Julien Faubert, ex-joueur de Premier League, a fait pire (ou mieux selon les goûts) lorsqu’il jouait à midi. « Là-bas, on mange des œufs ou des pâtes à 8h, ce n’est pas facile mais on s’y fait », remarque l’ancien joueur de West Ham.

Pour Eric Bédouet, préparateur physique des Girondins, il est finalement préférable de jouer à 14h plutôt qu’à 21h. « Ce sont des matches dynamiques. On se lève le matin, on déjeune et ça va vite, ça enchaîne, explique-t-il. Moi je n’aime pas les matches qui se jouent à 21h car il y a une attente considérable. On a l’impression de perdre son temps à l’hôtel. On tourne en rond. Ce n’est pas bon pour un sportif de haut niveau. Bien sûr, il y a la sieste mais on ne peut pas rester allongé pendant 10 heures ! Finalement, peut-être qu’on a pris l’habitude de bien gérer ces matches à 14h. » Les Marseillais pourraient le constater à leur dépens…

A lire aussi :

EN VIDEOS : les buts européens du week-end

Gignac : « Je paye le prix de mon transfert, de mon salaire… »

Larqué : « Anigo est là pour dépanner »

La rédaction