RMC Sport

Bordeaux en pleine austérité

Yoan Gouffran

Yoan Gouffran - -

Les résultats c’est bien. Les économies, c’est mieux ! Sixième du championnat avant cette 7e journée, Bordeaux a décidé de passer en mode économe. Une stratégie prudente alors que les Girondins se frottent dimanche à Lyon.

Aucune recrue au mercato estival, un groupe pro réduit a minima, une promotion de joueurs issus du centre de formation qui s’accélère… Pas de doute, Bordeaux a changé. Le temps n’est pas (plus ?) aux dépenses inutiles. La direction bordelaise a été claire en début de saison. Cette année, la priorité du club n’est pas sportive, mais bien financière. L’objectif étant de réduire de moitié les pertes du club, estimées à 22M€. Aussitôt dit, aussitôt fait pour le staff girondin : trois joueurs vendus (Ciani, Sané, Krychowiak), quatre prêtés (Modeste, Chevalier, Savic, Sala), et voilà déjà la barre des 11M€ d’économie atteinte. Jean-Louis Triaud, le président du club, confie même vouloir « essayer de faire mieux », et n’exclut pas de nouvelles ventes lors du mercato hivernal.

Une aubaine pour les jeunes formés au club, qui se voient offrir de belles opportunités. Maxime Poundje (20 ans), André Poko (19 ans) et Hadi Sacko (18 ans) ont ainsi signé leur premier contrat pro, venant gonfler avec leurs jeunes ambitions un groupe réduit à 26 joueurs. Lors du match de Ligue Europa face à Bruges (4-0), huit des seize noms couchés sur la feuille de match sont issus du centre de formation. Une spécificité amenée à se reproduire à l’avenir, comme le confesse Alain Deveseleer, le directeur général bordelais : « Entre 50 et 60% de joueurs du groupe pro formés au club, ça doit être notre base de fonctionnement ».

Gillot : « On ne vas pas payer des joueurs avec des cacahuètes »

Une politique qui porte déjà ses fruits sur le plan financier, mais qui représente malgré tout une équation délicate pour le club. Dans le budget établi pour cette année (70M€, bien loin des 111,5M€ de 2009-2010), le club s’est naturellement montré très prudent, tablant sur une 7e place en championnat, une élimination au tour qualificatif de la Ligue Europa, et aux premiers tours des Coupes de France et de la Ligue. Les supporters apprécieront… Car pour continuer sa rédemption financière, Bordeaux ne doit pas sombrer sportivement.

Pour l’instant, les Marine et Blanc sont toujours invaincus en Ligue 1, et occupaient la sixième place avant cette 7e journée. Ils n’affichent toutefois que deux petites victoires au compteur et semblent souffrir du cumul des matchs entre championnat et Coupe d’Europe. Trouver un juste milieu sera sans doute particulièrement périlleux pour Francis Gillot. Prudent, et homme élevé à la campagne, le technicien fait avec. Ou plutôt sans. « On n’a pas d’argent, on ne va pas se payer des joueurs avec des cacahuètes… »

Alexis Toledano avec Olivier Schwarz à Bordeaux