RMC Sport

Bordeaux flaire le piège

Les Girondins se rendent à Grenoble ce mercredi.

Les Girondins se rendent à Grenoble ce mercredi. - -

Choc des extrêmes mercredi soir en Isère. La lanterne rouge Grenoble reçoit le leader bordelais. Sur le papier, il n’y a pas photo. Mais les Girondins sont diminués et les Grenoblois sans pression…

Le marathon bordelais fait escale à Grenoble demain soir. Trois jours seulement après le match nul concédé à domicile face à l'OM (1-1), les coéquipiers de Yoann Gourcuff entament une série de quatre matches en dix jours. De quoi inquiéter Laurent Blanc. « Si on gagne les deux prochains matches de coupe (NDLR : face à Ajaccio et au Mans), souligne l’entraîneur des Girondins, février sera comme janvier : très compliqué ! »

La première étape au Stade des Alpes semble à la portée des Bordelais. Ces derniers dominent la Ligue 1 depuis un an et demi. Ils restent sur une série de cinq victoires consécutives à l'extérieur. De son côté, Grenoble, qui se dirige tout droit vers la Ligue 2, a un bilan catastrophique à domicile cette saison : sept défaites en dix matches. « Ce ne sera pas un match simple, prévient néanmoins Laurent Blanc. Il faut s'attendre à tout. Grenoble n'a plus rien à perdre et va jouer sans pression. »

Une défense bordelaise recomposée

Pour le Président, ce déplacement en Isère constitue le match piège par excellence. La bande à Bazdarevic a tout de même accroché Lyon, le 21 novembre (1-1) et surtout remporté sa seule victoire en championnat, cette saison, face à Toulouse le 6 décembre (1-0). La venue du champion de France en titre sera également un bon moyen pour les Grenoblois pour montrer leur qualité et attirer le regard des recruteurs.

En outre, Laurent Blanc devra recomposer une défense privée de Cédric Carrasso, blessé au mollet face à Marseille, et Marc Planus, suspendu après son expulsion de dimanche. « C’est un match comme un autre, explique le technicien. On y va avec beaucoup d'ambitions. Et quand on perd des points à domicile il faut immédiatement les rattraper à l'extérieur. » Alors pas question de sous-estimer son adversaire. Même si c’est la lanterne rouge…

La rédaction - B.B.