RMC Sport

Bordeaux la joue attentiste

Ludovic Obraniak

Ludovic Obraniak - -

Les Girondins accueillent à 14h au stade Chaban-Delmas les Corses de l’AC Ajaccio. Placés en embuscade, les hommes de Francis Gillot devront se méfier. Et ne pas se laisser griser par les résultats actuels.

Pas d’euphorie ! Voilà sans doute le message que Francis Gillot va ressasser à ses joueurs d’ici au coup d’envoi. S’ils veulent prolonger leur belle série de quinze matches sans défaite, en cours depuis le 8 avril dernier, les Bordelais ont tout intérêt à se méfier d’une équipe corse qui viendra crânement jouer sa chance. L’entraîneur des Girondins ne veut pas que la facile victoire face à Bruges (4-0) en ouverture de la phase de poule de l’Europa Ligue jeudi soir ne masque les difficultés récurrentes de son équipe, notamment en championnat. Car leur cinquième place (avant les résultats de samedi) est flatteuse, voire trompeuse.

Le message semble avoir été entendu par le latéral Florian Marange. « Si on arrive comme des seigneurs en se disant qu’on a gagné 4-0 contre Bruges et qu’on va faire la même chose, on va passer au travers et on va perdre le match, glisse-t-il. Ils vont se battre, et ne pas jouer comme Bruges. Ça va être un match dur, costaud. Ça va être plus compliqué ». D’autant que sur les 4 derniers matchs, les Bordelais n’ont marqué que deux buts. Alors dans les rangs Girondins, on serre les coudes. « Il y a un peu plus de confiance cette année. Tout le monde est concerné, tout le monde veut gagner sa place », confie Henri Saivet.

Saivet : « Tout le monde est concerné »

D’autant que la très courte période de récupération entre la Coupe d’Europe et cette rencontre ne va pas leur faciliter la tâche. « C’est une évidence que ça fait perdre des points, on l’a vu contre Nice (ndlr : Bordeaux s’était fait rejoindre par les Aiglons dans le temps additionnel), se souvient Francis Gillot. Je suis persuadé que s’il n’y a pas le match de Belgrade trois jours avant, on le gagne. Maintenant, ça fait gagner des joueurs, ça fait gagner un collectif, une ambiance, tout le monde se sent concerné. » Comme pour illustrer ses propos, la bonne nouvelle du jour. Incertain, Ludovic Obraniak est finalement dans le groupe. Tout comme Maurice-Belay, suspendu jeudi. De quoi mobiliser un groupe au quasi complet.

Jean Rioufol avec Olivier Schwarz à Bordeaux