RMC Sport

Bordeaux-Lyon : les notes

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Un match pauvre, un scénario fou, et des Lyonnais récompensés au bout du suspense (2-1). Alors que Hoarau et Gomis ont sombré à Gerland, Tolisso et Mariano ont été… les moins pires. Voici le carnet de notes de la rencontre.

Bordeaux

Carrasso : 4,5

Mariano : 6,5

Henrique : 4,5

Planus : 4,5

Sané : 4,5

Orban : 6

Rolan : 5,5

Poko : 4,5

Sertic : 5

Saivet : 5,5

Hoarau : 3

A l’entame du match, Bordeaux a régalé, avec des mouvements fluides et inspirés, ce qui laissait augurer d’une rencontre des plus agréables. Mais le niveau est retombé comme un soufflet, les Girondins cessant de jouer une fois le score ouvert, à la 8e minute. Ce qui nous donne 82 minutes de somnolence, dans une rencontre où seul Mariano, passeur décisif pour Saivet puis sauveur sur sa ligne sur un tir de Briand, a surnagé. En attaque, le dégingandé Hoarau a sombré, ratant… tout. En défense, Planus et Henrique ont inquiété et au milieu, guère mieux. Autant de dire que si Bordeaux s’était imposé, la victoire aurait été la seule chose à retenir de cette triste rencontre. Sauf que le temps additionnel a été fatal aux Girondins, punis d’avoir refusé le jeu, et qui quittent la rencontre avec un résultat plus en accord avec ce qu’ils ont proposé.

Lyon

A. Lopes : 5

M. Lopes : 5

Koné : 4, remplacé par Briand (36e) : 5

Bisevac : 5

Umtiti : 4

Bedimo : 6

Tolisso : 6

Gonalons : 5,5

Ferri : 4

Lacazette : 5,5

Gomis : 4

La pire note côté Lyonnais aurait pu être attribuée à Rémi Garde, qui a tapé à côté avec son 5-3-2. Une option tactique qui a perturbé ses joueurs, très visiblement désorientés. Mais l’entraîneur rhodanien a eu le mérite de reconnaître son erreur, repassant en 4-4-2 dès la 36e minute, avec la sortie de Koné, inquiétant, au profit de Briand, transparent jusqu’à la 95e. Conséquence immédiate, l’OL a retrouvé un peu de cohérence, même si les joueurs n’étaient pas dans un grand jour. A l’exception d’un Lacazette toujours tranchant, se créant seul les meilleures situations, les Olympiens ont longtemps pataugé. Tolisso et Ferri n’ont pas réussi à faire oublier Gourcuff et Grenier, le second se montrant notamment coupable d’un nombre impressionnant de pertes de balle. Entre un Gomis inexistant et un Gonalons moins saignant qu’à l’accoutumé, ce Lyon-là a semblé ne pas avoir les armes. Sauf qu’à mesure que Bordeaux se recroquevillait, il a retrouvé un brin de mordant, au point d’être récompensé sans doute au-delà de ses espérances, avec des buts de Bédimo et Tolisso dans le temps additionnel. Un match que Bordeaux a perdu plus que Lyon ne l’a gagné…

A lire aussi :

- L'OL est renversé

- Le classement de la L1

- L'actu de la L1

La rédaction