RMC Sport

Bordeaux n’a pas (trop) peur des gros

Maxime Poundje, l'arrière gauche de Bordeaux

Maxime Poundje, l'arrière gauche de Bordeaux - -

Après avoir fait trembler le PSG à Libreville, lors du Trophées des champions (1-2), Bordeaux s’attaque à Monaco ce samedi (21h) pour la première journée de Ligue 1. Sans trop s’inquiéter…

La semaine des tests. Le PSG puis Monaco. Pour un début de saison, Bordeaux est gâté. Au Trophée des champions, perdu face aux Parisiens à Libreville dans les dix dernières minutes (1-2), succède ce samedi (21h) la réception des stars de Principauté en ouverture de la saison 2013-2014 de Ligue 1. Les Girondins pourraient trembler, avec Radamel Falcao, James Rodriguez et Joao Moutinho en visite à Chaban-Delmas… Ils préfèrent rester sereins, avec un géant malien vraiment tranquillisant.

« La pression ? Cheick Diabaté ne connaît pas la pression, lâche… Cheick Diabaté, en souriant. Je veux aller le plus haut possible et faire tout ce qu’on peut faire. Si on peut être premiers, ce serait très, très bien. Je n’ai pas peur et j’ai confiance. Je passe mon message au monde entier : Cheick est là et il n’a pas peur ! » Une confiance que ses partenaires et son entraîneur n’affichent pas de la même manière, mais qui transpire quand même dans leurs propos.

« Il n’y a pas d’angoisse », assure ainsi Francis Gillot. Pour Nicolas Maurice-Belay, ce sont la stabilité et la cohésion des Girondins qui pourraient gêner autant Monaco que le PSG samedi dernier. « C’est une force, soutient-il. On a vu contre Paris qu’on était moins fort techniquement et physiquement, mais quand tu es habitué à jouer avec certains joueurs, dans certaines séquences collectives, et que tu peux jouer pratiquement en fermant les yeux, ça déstabilise n’importe quelle défense. »

Gillot : « Ce sont apparemment des bons joueurs parce qu'ils coûtent cher »

La différence réside simplement dans le fait que Radamel Falcao, après avoir martyrisé les championnats portugais et espagnol, peut déstabiliser n’importe quelle défense... à lui tout seul. Mais, là encore, le Colombien n’est pas excessivement craint par les Girondins. « Il fait toujours les bons déplacements au bon moment, explique Francis Gillot. C’est un peu comme Pauleta à l’époque. On va montrer tout ça à la causerie. Mais pour le championnat, c’est sûr que c’est bien d’avoir des joueurs de ce calibre. » Bien. Juste… bien.

« Ce sont apparemment des bons joueurs parce qu’ils coûtent cher, ajoute l’entraîneur bordelais. C’est sûrement une bonne équipe. Ils l’ont prouvé contre Tottenham (5-2 en match amical, ndlr). On ne bat pas une équipe étrangère comme ça, sans qualité. Ils ne sont peut-être pas encore tout à fait prêts. Ce sera une grande équipe. Mais on préfère les prendre maintenant que dans deux ou trois mois. » Profiter de l’été pour surprendre les deux cadors de Ligue 1. La première occasion, même si elle a été ratée, a rassuré les Bordelais. Il ne leur reste plus qu’à saisir la seconde.

A lire aussi :

- Le groupe de Monaco

- Pas d'angoisse à Bordeaux

- Monaco, un destin princier ?

La rédaction