RMC Sport

Bordeaux s’évite une crise

Michaël Ciani

Michaël Ciani - -

Les Girondins, qui n’avaient plus gagné en championnat depuis le 21 novembre, se sont relancés en dominant facilement une triste équipe niçoise (2-0). Les hommes de Tigana se relancent dans la course à l’Europe.

Bordeaux et surtout son entraîneur Jean Tigana jouaient gros sur cette partie. Un succès était impératif afin d’éviter l’implosion après une semaine sous haute tension. C’est dans la poche, et cela permettra au Haillan de retrouver son calme dans les prochains jours. Même si tout fut loin d’être parfait…

La première période est quelconque entre deux équipes qui se craignent. Bordeaux a, certes, le monopole du ballon mais n’inquiète pas non plus lourdement une équipe de Nice pourtant timorée. Bordeaux ne doit son salut qu’à un coup de pied arrêté. A la 38e minute, Plasil ajuste son centre sur la tête de Ludovic Sané dont la reprise de la tête ne laisse aucune chance à Ospina (1-0). En seconde période, Bordeaux hausse son niveau de jeu alors que Nice s’écroule. A la 52e, Modeste rate l’immanquable sur un centre de Ben Khalfallah. Sa reprise de la tête passe à côté alors que le but d’Ospina est grand ouvert. Mais l’ancien Niçois se rattrape quelques instants plus tard. Il profite d’une erreur du défenseur du Gym, Pejcinovic, pour filer au but et battre Ospina à bout portant, signant ainsi son 8e but de la saison. A 2-0, les Girondins peuvent gérer.

Malgré Ospina

Le gardien bordelais Cédric Carrasso aura sans doute passé l’une des soirées les plus tranquilles de sa carrière. Alou Diarra, auteur d’une belle performance, est même proche d’inscrire le troisième but à la 62e. Mais Ospina s’interpose avec brio. Bordeaux signe donc une victoire précieuse. « On a déçu beaucoup de monde. On veut bien finir la saison », avoue Mickaël Ciani après le match. Pour Jean Tigana, cette victoire est d’importance puisqu’il jouait très gros sur cette rencontre. Le retour de Fernando au milieu de terrain aura eu son importance. Avec l’arrivée programmée du brésilien André en attaque, le club girondin peut espérer voir l’avenir avec plus de sérénité. A condition de ne plus retomber dans ses travers.

MB