RMC Sport

Bordeaux veut se changer les idées

Nicolas Maurice-Belay

Nicolas Maurice-Belay - -

Les Girondins entament la phase de poules de la Ligue Europa ce jeudi (19h) sur la pelouse de l’Eintracht Francfort. Un déplacement dont les joueurs de Francis Gillot espèrent profiter pour enrayer un début de saison poussif.

Personne n’a oublié son crâne rasé, son toucher de velours et ses dribbles aériens. Le 1er juillet 2006, la Commerzbank-Arena a vécu un moment privilégié offert par Zinedine Zidane. Et retransmis en mondovision. C’est ici, sur cette pelouse du sud-ouest de l’Allemagne, que le n°10 des Bleus a écrit l’une des plus belles pages de sa légende. Un récital livré face aux stars du Brésil, en quart de finale de la Coupe du monde (1-0). Six ans plus tard, Bordeaux se rend à son tour à Francfort pour débuter la phase de poules de la Ligue Europa. Entre-temps, Zizou a rangé ses crampons. Mais le club avec lequel il avait atteint la finale de la Ligue Europa, quand elle s’appelait encore Coupe de l’UEFA, va tout faire pour marcher sur ses traces. Et relancer une saison qui a plutôt mal débuté....

Avec trois défaites, un nul et une seule victoire, les Girondins ont entamé la Ligue 1 de manière très poussive. Parfois même inquiétante. Loin des promesses affichées lors du Trophée des champions perdu au Gabon face au PSG (2-1). Le club au scapulaire mise donc sur ce déplacement outre-Rhin pour enrayer cette spirale négative. « Sur le plan mental, le fait de sortir du cadre quotidien peut être une bouffée d'oxygène, même si les deux compétitions sont intimement liées par la dépense d'énergie que cela nous coûtera », résume le milieu Ludovic Obraniak. Pour retrouver le sourire, Bordeaux va devoir composer avec une équipe largement remaniée dans le fief de l’Eintracht. Henri Saivet, Landry Nguemo, Marc Planus, Lamine Sané et Mariano sont restés à la maison.

Gillot assume son turn-over

Un turn-over assumé par Francis Gillot, soucieux de préserver son groupe à l’aube d’une série de cinq matchs en quinze jours, qui se poursuivra dimanche sur le synthétique de Lorient (14h). « On aurait préféré de prendre plus de points en championnat, pour être plus tranquille et se tourner complétement vers cette Coupe d’Europe, résume le coach des Girondins. Mais on n’a pas beaucoup de points. Donc on pense aux prochains matches qui vont être déterminants. » Eliminés en 8es de finale de la compétition par Benfica l’an passé, les Bordelais n’entendent toutefois pas brader leur ticket européen.

En interne, la confiance est de mise dans un groupe F où figurent également le Maccabi Tel-Aviv et l’Apoël Nicosie. A condition de ne pas manquer ce premier acte. « Si la logique est respectée, Francfort devrait être notre adversaire le plus sérieux, glisse Jean-Louis Triaud, le président bordelais. Le football allemand est d’un bon niveau. Il faudra être méfiant. » Après sa large victoire à Brême le week-end dernier (3-0), l’Eintracht, 13e de Bundesliga, arrive en confiance. Dans un stade de 48 000 places qui ne sera pas loin d’être plein, l’accueil s’annonce hostile pour les Girondins. Il faudra y résister. L’embellie est à ce prix.

A lire aussi :

>> Les tops et les flops de Luis Fernandez

>> Ligue 1 : l’équipe-type de la 5e journée

>> Toute l'actualité de la Ligue 1

Alexandre Jaquin avec Olivier Schwarz et à Bordeaux