RMC Sport

Brandao suspendu en attendant sa sanction

Brandao

Brandao - AFP

La commission de discipline de la LFP a décidé de suspendre provisoirement Brandao jusqu’au 18 septembre pour son coup de tête sur Thiago Motta. Une audition en présence de toutes les parties est prévue ce jour-là. Avant une sanction contre le Brésilien.

Il n’était pas convié mais il s’est présenté de lui-même. Pour donner une première explication. En se déplaçant au siège de la Ligue de football professionnel, ce jeudi, dans le XVIe arrondissement de Paris, Brandao a tenu à calmer le jeu après la vague d’indignation qu’a suscité son coup de tête sur Thiago Motta. « Il avait décidé de se présenter devant la commission dès le début de la procédure disciplinaire dont il fait l’objet, explique son avocat, Olivier Martin, sur RMC. Il s’était imposé le silence depuis le match. Il était normal qu’il donne ses premières explications à la commission de discipline, puisque c’est elle qui aura à juger prochainement ».

Ce sera précisément le 18 septembre. Une nouvelle audition en présence de toutes les parties concernées aura lieu ce jour-là, avant qu’une sanction ne soit prononcée contre l’attaquant de Bastia. En attendant, Brandao est suspendu à titre conservatoire. « Il a fait savoir qu’il regrettait le geste qu’il avait commis, assure Olivier Martin. Il fournira ses explications le 18 septembre. Par respect pour le PSG et Thiago Motta, les choses doivent se débattre en leur présence. Il y a eu trop d’incompréhension et de trop de bêtises relayées jusqu’à maintenant pour qu’on rajoute à la cacophonie. »

Son avocat : « Il est fatigué et usé »

Un débat contradictoire qui doit faire la lumière sur les détails de cette affaire. Le Brésilien de 34 ans risque entre huit matchs et deux ans de suspension pour son coup de boule. Il a peut-être dit adieu à la Ligue 1 dans les couloirs du Parc des Princes. Mais pas forcément au football. « Il est sonné, fatigué et usé. Il sait que le geste qu’il a commis doit être sanctionné. Mais il est apte à apporter un certain nombre d’explications qui peuvent, non pas excuser, mais expliquer son comportement. Arrêter le football ? C’est une question qu’on ne s’est même pas posé. Ce n’est pas du tout son état d’esprit ».

A.J. avec M.Bo. et P.F.