RMC Sport

Chamakh : « Donner le titre à Bordeaux et partir »

-

- - -

Marouane Chamakh, qui est toujours en course avec Bordeaux pour le titre de champion de France, évoque la fin de saison avec son club et son avenir chez les Girondins.

Marouane Chamakh, Lyon et Marseille sont devant Bordeaux au classement. Laquelle de ces deux formations vous impressionne le plus ?
Pour moi, c’est Marseille. L’OM a su trouver un bon équilibre entre l’attaque et la défense. De plus, ils ont trouvé un véritable état d’esprit et ont un rythme tel qu’il sera difficile de les arrêter. Toutefois, la Coupe de l’UEFA et l’enchaînement des matches peut les handicaper, et on attend tous une contre-performance de leur part en championnat.

Ramé, Cavenaghi, Henrique, Jussiê… La liste des blessés s'allonge, alors que c’est la dernière ligne droite du championnat…
On perdu Cavenaghi pendant six semaines, et on galère un peu, c’est vrai. On a perdu Carlos (Henrique) aussi qui nous faisait beaucoup de bien derrière, et on vient de perdre Jussiê (lésion aux ischio-jambiers, ndlr). Ramé est sur le retour par contre… C’est vrai que ce n’est pas facile de se priver de ces joueurs, mais on serre les dents. Heureusement que le groupe est soudé. Pour ma part, je ne vais pas dire que je prends la place de Cavenaghi, qui est un vrai tueur devant le but, mais j’essaye de le remplacer comme je peux. Cela marche plutôt pas mal pour l’instant, alors j’essaye de continuer comme ça.

Avez-vous pris des conseils auprès de Cavenaghi pour marquer des buts ?
Non, je ne demande jamais aucun conseil, mais je l’ai beaucoup observé. Et c’est peut-être même mieux. Je ne pourrais jamais être comme lui, car il a un sens inné du but que je n’ai pas. Mais je regarde les petites choses qu’il travaille à l’entraînement, et j’essaie de les travailler à mon tour.

Qu'est-ce qui vous impressionne le plus chez lui ?
Son sens du but. On a pu le voir sur son dernier but en championnat contre Saint-Etienne. Il est rentré, s’est mis au deuxième poteau, et il nous a permis d’égaliser… Il est vraiment adroit devant le but, il sent les coups, il est malin, rusé… Il a un petit peu de vice aussi, mais juste ce qu’il faut. C’est un véritable buteur !

La troisième place actuelle de Bordeaux derrière Lyon et Marseille, est-ce la position idéale pour les Girondins ?
Cela nous arrange car cela permet de ne pas avoir les projecteurs braqués sur nous. Cela nous met un peu moins de pression. On est troisième, et on va essayer d’en profiter le moment venu. Le calendrier nous arrange car il reste plusieurs confrontations entre des prétendants au titre : Marseille-Lyon, Lyon-Paris, Toulouse-Lyon… Certaines équipes vont forcément lâcher des points et si on peut en profiter, on ne va pas se gêner.

Les premières rumeurs de départ peuvent-elles mettre à mal la belle ambiance actuelle au sein du club ?
Non, on le vit tous bien. A chaque rumeur, on le prend avec le sourire en se chambrant les uns les autres. Mais on est forcément obligé de se poser des questions sur l’avenir. Cela a été le cas avec le coach (Laurent Blanc), cela va être le cas avec Yoann Gourcuff. Mais cela se passe bien dans le groupe et il n’y aura aucune cassure à cause de ça.

D’ailleurs, le club va sans doute vous proposer une prolongation de contrat d'ici la fin avril... Qu'en pensez-vous ?
Ce n’est jamais facile. Quand ton club formateur veut te prolonger, c’est un signe très fort. Maintenant, c’est ma septième saison en professionnel avec les Girondins, j’ai tout vécu ici : des hauts comme des bas… J’ai mes propres ambitions aussi, je n’ai jamais caché par exemple que j’étais attiré par la Premier League. Si je quitte Bordeaux, ce sera pour l’Angleterre et certainement pas pour un autre club français. Maintenant, est-ce que ce sera dans un an, deux, trois ans… ou au mois de juin ? Je ne sais pas.

Est-ce qu’il serait plus facile de partir sur un titre de champion de France ?
Oui, finir en beauté et partir en beauté. Avec tout ce que j’ai vécu ici, si je pouvais donner le titre à Bordeaux et partir après : ce serait beau.

La rédaction