RMC Sport

Cheyrou : « On est en train de passer un cap »

Benoît Cheyrou

Benoît Cheyrou - -

Au club depuis 2007, Benoît Cheyrou devrait prochainement prolonger son contrat d’une saison. Un choix guidé par son amour pour l’OM, la perspective d’une belle aventure européenne et celle d’un redressement en L1 à la veille d’affronter Lorient, samedi (19h00).

Benoît, quel regard portez-vous sur le tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des Champions où Marseille affrontera l’Inter Milan ?

C'est toujours plus délicat de se déplacer au retour. Depuis plusieurs saisons, l'Inter est en Ligue des Champions mais nous aussi. On est en train de passer un cap. On progresse dans cette compétition, cela fait deux fois que l'on sort des poules alors qu’on avait galéré les années précédentes. Les détails qui jouaient en notre défaveur tournent de notre côté pour se qualifier. Il n'y a pas de hasard, le club continue de grandir et d’évoluer. Au niveau européen, on veut porter haut nos couleurs et écrire une belle page européenne.

Est-ce l’une des raisons qui va vous conduire à prolonger d’une saison à Marseille ?

C’est pour ça que je suis là et que j’ai envie d’y rester longtemps. La prolongation de contrat est dans les tuyaux. C’est un club que j’aime. Je lui ai beaucoup donné et il m’a beaucoup apporté. J’espère que l’aventure va durer le plus longtemps possible. Je fais partie des plus anciens. Mais ce n’est pas parce que je suis l’un des plus vieux que je vais plus parler qu’avant. Je n’ai pas envie de parler pour ne rien dire.

L’OM reste sur trois matches sans défaite en L1. La réception de Lorient, samedi (17h00), est-elle capitale ?

On aborde la réception de Lorient comme le match d’une série qui a commencé il y a quelques semaines. Il ne faut pas s’enflammer à chaque fois qu’on gagne, et être conscients qu’on a pris beaucoup de retard. On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. Sans une série très positive, on aura du mal à rattraper les autres qui ont un rythme d’enfer en haut. Il va falloir gagner ce match.

Quels objectifs vous fixez-vous avant la trêve hivernale ?

Malgré un début de saison catastrophique, on s’aperçoit qu’on peut arriver à la trêve en ayant plus de points que la saison dernière à la même époque (l’OM a actuellement 25 points après 18 journées, il en avait 29 après 19 journées en 2010, ndlr). C’est encourageant parce qu’on sait que ça s’est assez bien terminé, même si on aurait préféré mieux (l’OM a terminé deuxième derrière Lille). Les équipes de tête vont plus vite cette année. On se préoccupera du classement et des adversaires à la 38e journée et pas à la trêve.

Le titre de l'encadré ici

« Gignac n’est pas ma marionnette »|||

Proche d’André-Pierre Gignac, l’ancien Lillois a été interrogé sur son éventuel rôle tenu entre l’attaquant marseillais et Didier Deschamps lors de la violente altercation qui a opposé les deux hommes le 23 novembre dernier, quelques instants avant le match de Ligue des Champions face à l’Olympiakos. « Je n’ai pas fait le médiateur, a botté en touche le milieu de terrain de 30 ans. Je pense positif pour le club et les gens que j’aime. André-Pierre est quelqu’un que j’apprécie beaucoup. Comme c’est un ami, je me permets de lui donner des conseils sur ce qui est bien ou pas pour lui. Ça peut être l’inverse aussi, je suis à l’écoute. Il n’est pas obligé de faire ce que je dis non plus, ce n’est pas ma marionnette. C’est un homme qui prend ses responsabilités. C’est quelqu’un de bien. Il y a des clashs entre les entraîneurs et les joueurs dans tous les clubs. J’ai mon avis là-dessus, mais je n’ai pas fait le Don King (célèbre promoteur de combats de boxe, ndlr) pour quoi que ce soit. »