RMC Sport

Collomb : « Le Grand Stade ? Tout dépend du gouvernement… »

-

- - -

Le maire de Lyon reste optimiste sur la construction d’un Grand Stade au sein de son agglomération. Mais pour lui, la balle est désormais dans le camp du Premier ministre.

Gérard Collonmb, Lyon va-t-il enfin bâtir son Grand Stade ?
Tout dépendra du gouvernement. A-t-il véritablement envie qu’un grand stade soit construit au Grand Montout (à Décines, ndlr) ? Si oui, il va nous aider, à la fois sur la déclaration d’intérêt général et sur la prise de position des parlementaires UMP. Dans ce cas-là, nous serons dans les temps. Mais le gouvernement peut aussi avoir des intentions politiciennes, avec l’envie d’embêter le maire de Lyon au-delà des problèmes sportifs. Dans ce cas-là, on ne peut pas aller à la fois contre le Premier ministre et le Président de la République. On verra à ce moment-là.

Vous attendez toujours que le premier ministre signe cette fameuse déclaration d’intérêt général…
Cela fait maintenant six mois que Madame Rama Yade et Madame Bachelot ont mis ce document sur le bureau du premier ministre. Pour le moment, je n’ai pas d’information. S’ils (les membres du gouvernement, ndlr) le souhaitent, nous ferons le Grand Stade. Sinon, ils prendront la responsabilité qu’il n’y ait pas de Grand Stade à Lyon et que Lyon n’accueille pas l’Euro-2016. Je ne crois pas que ça soit dans l’intérêt de la ville et du pays.

Y a-t-il un réellement un risque que l’Euro-2016 se dispute sans Lyon ?
J’espère que non. Mais si c’était le cas, ce serait quelque chose de véritablement hallucinant. Nos amis turcs (également candidats, ndlr) pourraient se dire qu’ils ont été un peu floués.

Y a-t-il urgence à ce que ce décret soit pris ?
Chacun en a conscience. Veut-on vraiment que le sport français franchisse une nouvelle marche ? Les grands évènements internationaux sont très forts pour les pays hôtes. Pour l’Afrique du Sud, le Mondial de football a été extraordinaire. Pour la France, l’Euro-2016 peut redonner une confiance dans le pays. C’est ce qu’on veut aujourd’hui.

Recueilli par Edward Jay