RMC Sport

Coronavirus: les clubs de L1 et L2 n'ont pas envisagé une dérogation au confinement

Pierre Ferracci, président du Paris FC (17e de L2), a indiqué mardi que les clubs et la Ligue auraient envisagé de demander une dérogation au ministère pour écourter le confinement. Mais selon nos informations, une telle demande n'a jamais été envisagée par les instances dirigeantes.

Les clubs français travaillent d'arrache-pied pour trouver des solutions à la sortie de la crise dans laquelle ils sont plongés en raison de la pandémie du coronavirus. Mais une demande de dérogation au confinement au gouvernement ne fera pas partie des solutions envisagées par le football français contrairement à ce que Pierre Ferracci, président du Paris FC (17e de L2), indiquait mardi dans une interview à France Télévisions.

"Le dernier bureau de la Ligue a évoqué de demander des dérogations au ministère pour ne pas aller jusqu'au bout du confinement, avait-il indiqué. On va se ridiculiser auprès de la population, le footballeur qui dérogerait à la règle et s'entraînerait dès avril. On n'est pas sérieux, on marche sur la tête…"

La Ligue n'a pas l'intention de demander une dérogation

Selon nos informations, la Ligue n'a jamais envisagé une telle demande. La sortie du président du Paris FC semble plus liée à une incompréhension lors de la réunion téléphonique du bureau de la Ligue. Celle-ci s'est déroulée en milieu de semaine dernière avec une cinquantaine de personnes en conf call, et notamment des représentants des Fédérations et de la Ligue autour de Roxana Maracineanu. Et ce, avant que le report des JO de Tokyo soit officiel. La ministre des Sports avait évoqué alors une éventuelle dérogation pour l’entraînement pour les sportifs olympiques dans des conditions très strictes. A aucun moment, la Ligue de football n'a demandé ou même discuté une dérogation identique. Un participant a juste posé une question sur la durée de réathlétisation des joueurs quand la date d’une éventuelle reprise pourrait être envisagée.

L'arrêt des championnats à l'étude?

Ferracci avait par ailleurs regretté la lenteur de la prise de décision, notamment face au refus des diffuseurs TV de ne pas régler leur facture

>> Le sport face au coronavirus: la situation en direct

"Il faut à tout prix se mettre à la table des négociations avec BeIn, Canal, et MediaPro, a-t-il exigé. Parce que plus on tarde, plus on va déstabiliser la saison suivante, poser des problèmes à MediaPro et en même temps on reste dans l'incertitude pour BeIN et Canal. Cela n'est pas acceptable et il nous faut travailler plus vite. Je vois tous les autres sports reporter ou annuler leurs compétitions et nous le football professionnel continue à gérer de l'incertitude, ce n'est plus possible. Je crois savoir que depuis 48h, le ministère a demandé à la LFP d'étudier l'hypothèse de l'arrêt des championnats."

NC avec Loïc Briley