RMC Sport

Courbis-Anigo, les copains d’abord

Rolland Courbis

Rolland Courbis - -

Le match entre Montpellier et l’OM, ce vendredi (20h30), sera l’occasion pour Rolland Courbis et José Anigo de se recroiser. Des retrouvailles assurément chaleureuses entre deux hommes au passé commun et qui entretiennent une profonde amitié.

Entre un Montpellier (13e) dont le maintien est presque assuré et un OM (6e) dont les rêves d’Europe sont quasiment enterrés, le premier match de la 33e journée de L1 aura moins de saveur que prévu. Sauf pour les entraîneurs des deux équipes. Car au moment de se serrer la main avant le coup d’envoi, ce vendredi à 20h30, Rolland Courbis et José Anigo échangeront sans doute un regard complice et se donneront une franche accolade. Entre les deux hommes venus des quartiers Nord de Marseille (15e arrondissement), l’amitié ne date pas d’hier.

Au tout début des années 1990, José Anigo termine sa carrière de joueur à Endoume, dans le 7e arrondissement marseillais. L’ancien défenseur de l’OM évolue alors sous les ordres d’un jeune entraîneur révélé à Toulon, un certain Rolland Courbis. Un coach avec la chaîne en or par-dessus le survêtement, qui arrive à l’entraînement en Porsche et cigarette aux lèvres et qui, pour que ses joueurs se sentent légers sur le terrain, leur impose d’effectuer l’échauffement avec des bouées de sable accrochées à eux. Bref, un personnage ! « C’est une bonne personne, qui a un caractère, qui est passée par des épreuves compliquées, souligne Anigo. Il s’est toujours relevé. C’est quelqu’un qui connaît bien le foot, qui maîtrise bien son métier, qui est vraiment intéressant à vivre au quotidien. »

Anigo aimerait partir en vacances avec Courbis

Courbis et Anigo, ce sont également les deux entraîneurs à avoir emmené l’OM en finale de la Coupe de l’UEFA, qu’ils ont tous les deux perdue (en 1999 pour Courbis, en 2004 pour Anigo). Un échec forcément difficile à digérer pour les deux coaches, dont la réputation de meneurs d’hommes plus que de tacticiens agace au plus haut point et qui se sont déjà consultés pour certains transferts de joueurs. Mais si Courbis a vu son rêve de devenir champion de France à la tête de l’OM s’envoler lors de la dernière journée de la saison 1998-1999, José Anigo l’a lui réalisé en 2010. Mais en tant que directeur sportif, au cours d’une saison où ses relations avec Didier Deschamps n’étaient pas au beau fixe.

« Il a fait une erreur à un certain moment, et je pense que c’est l’amour pour ce club qui lui a fait faire. C’est que quand ils ont été champions, je pense qu’il aurait dû arrêter à l’intersaison d’après, explique d’ailleurs Courbis. Prendre des vacances et laisser un petit peu le club sans lui, voir ce qui allait se passer. » Très proches, les deux Marseillais se sont également soutenus lors des dures épreuves qu’ils ont traversées : la prison pour Courbis, l’assassinat de son fils pour Anigo. Des relations qui vont donc bien au-delà du football et qui font même dire à l’actuel coach de l’OM : « Rolland, c’est quelqu’un avec qui je pourrais passer mes vacances tout le temps parce qu’il est magnifique comme homme. Il est malin surtout, drôle et malin. » Nul doute qu’ils auraient alors beaucoup d’histoires croustillantes à se raconter.

A lire aussi :

>> Anigo prêt à tourner la page OM… ou pas

>> Anigo : « Des fois je me dis, c’est bon, ça suffit… »

>> Courbis vise la 9e place

AA avec F.Ge et JL