RMC Sport

De la pression dans ce Bordeaux ?

Diawara et Bordeaux ont une balle de match dès ce soir

Diawara et Bordeaux ont une balle de match dès ce soir - -

Bordeaux peut devenir champion dès ce soir face à Monaco. Mais les Girondins, même s’ils sont dans une position favorable, ne peuvent pas se permettre un faux pas. Peuvent-ils craquer ? Ambiance au Haillan.

Laurent Blanc est tendu. Nerveux. Face à la meute des journalistes, l’entraîneur des Girondins tente pourtant de donner le change en évacuant le trop-plein de pression : « Il n’y a aucune fébrilité, assure le Président. L’effervescence, on la ressent car les journalistes n’ont jamais été aussi nombreux. De notre côté, on connaît la difficulté de la tâche qui nous attend. »

A deux matches du titre, les Girondins tiennent le bon bout. Ils le savent. Mais la tension est palpable. Quel sera leur état d’esprit ce soir face à Monaco ? Une décontraction propice à une belle performance ou la peur de gagner qui pourrait remettre en cause tous leurs efforts ? « Je veux banaliser cette rencontre, souligne Laurent Blanc. On se prépare comme si on allait disputer la 1e ou la 12e journée. » Les joueurs bordelais n’ont rien changé à leurs habitudes et s’interdisent surtout de fanfaronner. « Quand on s’enflamme, on peut perdre contre n’importe qui, avertit Souleymane Diawara. On ne peut pas se permettre de faire n’importe quoi. On doit prendre Monaco très au sérieux. Mais si on garde notre état d’esprit lors des deux dernières journées, on sera champion. » « Ce n’est pas gagné d’avance, rappelle Alou Diawara. N’oublions pas que Le Mans nous a mis en difficulté le week-end dernier (3-2). » « Les mots « champion » et « titre » n’ont pas été évoqués dans le vestiaire », jure Marc Planus.

Pieds sur terre

Avant d’avoir, peut-être, la tête dans les étoiles, les Bordelais veulent garder les pieds sur terre. Cette semaine, les équipiers de Yoann Gourcuff n’ont pas dérogé à leurs habitudes. Qu’on se le dise, les Girondins sont sereins, sûr de leur force. Un chiffre ? Cette saison, Bordeaux a pris vingt-deux points (six victoires et quatre nuls) après avoir été mené au score ! Bordeaux a du caractère. Si près du but, le danger serait de déjouer. « Nous n’aurons pas une position attentiste, affirme Laurent Blanc. A nous de faire le jeu. On l’a assumé durant tout le championnat. Ce n’est pas à deux journées de la fin qu’on va le refuser. Si les adversaires veulent nous laisser le ballon, on va le prendre ! »

La rédaction - Aurélien Brossier